Tour de France - Romain Bardet au terme de la 9e étape du Tour de France : « Quand on prend une claque, on a deux options... »

L'Equipe.fr
L’Equipe
Dans sa ville natale de Brioude, où est arrivée ce dimanche la 9e étape du Tour de France, Romain Bardet s'est nourri des

Tour de France - Romain Bardet au terme de la 9e étape du Tour de France : « Quand on prend une claque, on a deux options... »

Dans sa ville natale de Brioude, où est arrivée ce dimanche la 9e étape du Tour de France, Romain Bardet s'est nourri des

Dans sa ville natale de Brioude, où est arrivée ce dimanche la 9e étape du Tour de France, Romain Bardet s'est nourri des « énergies positives » pour se projeter vers la suite d'une course mal entamée. « Cette attaque dans la dernière côte, c'était une réaction d'orgueil ?
C'est surtout qu'il me faut saisir les opportunités comme elles viennent, encore plus sur ces routes, que je connais bien. Malheureusement, j'ai beau connaître bien les routes, je ne maîtrise pas encore la direction du vent, et on s'est vite retrouvé vent de face avec Richie (Porte). Mais c'est avec ce comportement que je veux aborder cette deuxième partie de Tour. Daryl Impey s'impose en petit comité à Brioude lors de la 9e étape Sentez-vous un sentiment de révolte au sein de l'équipe ?
On va se battre jusqu'à la fin. Si l'entame du Tour n'a pas été bonne (il est 23e à 3'20'' du maillot jaune au général), cela ne présume pas de notre comportement jusqu'à Paris. Je suis déterminé à me battre, comme toute mon équipe, en laquelle j'ai confiance. On va attaquer la haute montagne la semaine prochaine, et on espère bien jouer les premiers rôles. Quand on prend une claque, il y a deux solutions : soit on tend l'autre joue, soit on redonne ce qu'on vient de prendre. Je n'ai pas choisi la première option. Julian Alaphilippe raconte son 14 juillet en jaune Ce passage à Brioude, en présence de votre famille, vous fait-il du bien ?
Cela m'apporte beaucoup d'énergie positive et me regonfle à bloc pour la suite. J'ai vécu juste en face d'ici, c'est dingue. Ça fait 19 ans que je fais du vélo, alors repasser là... C'est marrant le destin. J'aurais aimé arriver ici dans d'autres dispositions mais je prends tout ce que ça a de positif. J'ai reçu beaucoup d'amour des gens. Ça me pousse à me dépasser dans les moments difficiles. Quand ça ne va pas très bien, on a besoin de revenir aux racines. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi