Tour de France : Tadej Pogacar remporte la 17e étape à Peyragudes devant Jonas Vingegaard, toujours en jaune

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Tadej Pogacar lève les bras au sommet de l'altiport de Peyragudes. (Reuters)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Tadej Pogacar (UAE) a remporté son duel face à Jonas Vingegaard (Jumbo) au sommet de Peyragudes lors de la 17e étape du Tour de France mercredi mais n'a pas réussi à décrocher le Danois, toujours en jaune. Geraint Thomas (Ineos) a consolidé sa troisième place.

Ces deux-là sont inséparables. Tadej Pogacar et Jonas Vingegaard sont arrivés ensemble au sommet de l'altiport de Peyragudes (8 km à 7,8 %) mercredi lors de la 17e étape du Tour de France et c'est le Slovène qui s'est imposé devant le Maillot Jaune, à défaut d'avoir réussi à le sortir de ses roues. Il lui reprend quatre secondes à la faveur des bonifications réservées aux trois premiers de l'étape. C'est sa troisième victoire d'étape sur ce Tour de France.

Geraint Thomas, lui, a consolidé sa troisième place et Romain Bardet a fait parler son panache pour se replacer à la sixième place du général au lendemain de son jour sans. David Gaudu a lissé son effort comme à son habitude et est toujours cinquième du Tour.

2

Le nombre de coureurs à avoir remporté au moins 3 étapes pendant 3 éditions de suite du Tour de France au 21e siècle : Tadej Pogacar (3 étapes en 2020, 2021 et 2022) et Mark Cavendish (4 en 2008, 6 en 2009, 5 en 2010, 5 en 2011 et 3 en 2012)

McNulty, la locomotive américaine

Avec cette étape très accidentée, on s'attendait à tout sauf un comportement aussi attentiste de la part de Pogacar qui a emmené dans sa roue Vingegaard de la moitié du col de Val Louron-Azet (10,7 km à 6,8 %) au sommet de l'altiport. Tout, dans ses directives, laissait penser qu'il allait tenter de mettre en difficulté Jonas Vingegaard.

Dès Val Louron-Azet, il a fait rouler Brandon McNulty. Conséquence, David Gaudu a craqué. Le Français a préféré monter à sa main comme à son habitude depuis le début du Tour. Après avoir tenu un temps, Nairo Quintana a à son tour lâché prise à 26km de l'arrivée et laissé filer les trois occupants du podium - Vingegaard, Pogacar et Thomas - avec lesquels se trouvaient aussi Sepp Kuss, lieutenant du Maillot Jaune.

L'infernal train des leaders a fondu sur les wagons échappés depuis les premiers kilomètres, dont Romain Bardet, qui a tenté de faire dérailler le Top 5 en s'échappant dans le col d'Aspin.

Pogacar semble avoir dit adieu au maillot jaune

Le TGV McNulty, totalement débridé, a même fait sauter le dernier équipier du Maillot Jaune, Sepp Kuss, en surchauffe. À 3 kilomètres du sommet de Val Louron-Azet, Jonas Vingegaard était seul face à Tadej Pogacar et alors qu'Andrea Leknessund, le dernier échappé du jour, était repris, on se dirigeait tout droit vers un duel d'épéistes dans Peyragudes.

Ces circonstances de course auraient pu exciter Tadej Pogacar et l'inciter à aller réduire son retard de 2'22 sur le Maillot Jaune. Mais la seule attaque du Slovène a eu lieu juste avant la descente de Val Louron-Azet. Puis il est vite rentré dans le rang, préférant attendre McNulty dans la descente.

Jonas Vingegaard ne semblait pas prendre ombrage de cette tentative d'escapade. Il s'est contenté de suivre le rythme ensuite dans la montée vers Peyragudes (8 km à 7,8 %). Il a juste été trop naïf dans les pentes abruptes de l'altiport en déclenchant le sprint de trop loin, ce qui a permis au Slovène de s'imposer. le Danois peut quand même sourire : il lui reste une dernière étape de montagne à contrôler demain entre Lourdes et Hautacam (143,2 km) pour assurer quasiment sa victoire à Paris.

L'orgueil de Bardet le ramène aux portes du Top 5

Bardet, lui, n'a pas de Top 5 garanti mais il se donne les moyens d'y croire. Parti dans le col d'Aspin (12 km à 6,5 %), première difficulté de la journée, le Français voulait réagir après sa défaillance de la veille dans le mur de Péguère. Il en avait l'envie et a fait parler son panache pendant deux cols avant d'être repris à la moitié de Val Louron-Azet.

Derrière, alors que les élastiques de Gaudu, Quintana et Meintjes lâchaient, le natif Brioude voyait le Top 5 revenir peu à peu dans sa mire. Bien aidé par Geraint Thomas dans le col de Peyragudes, il a finalement passé la ligne d'arrivée tracée au sommet de l'altiport où il s'était imposé en 2017 à 2'38 de Pogacar. Il est sixième du général à 1'24 de David Gaudu, cinquième.

Le coureur breton de la Groupama a montré ses limites assez tôt dans l'étape mais a vraiment lâché dans Val Louron-Azet. Bien aidé par Valentin Madouas, il a encore limité la casse et reste cinquième du général.

lire aussi

Le film de la 17e étape

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles