Tadej Pogacar remporte son deuxième Tour de France, Wout van Aert s'impose sur les Champs-Élysées

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Imperturbable tout au long du Tour, le Slovène Tadej Pogacar remporte à 22 ans son deuxième Tour de France après l'édition 2020.

Le fait du jour : Pogacar savoure son doublé

Vainqueur du Tour de France l'an passé, Tadej Pogacar a pu profiter de la dernière étape dimanche pour savourer son second sacre. Vêtu de son maillot jaune et entouré de son équipe aux couleurs blanche et jaune, le Slovène a attiré les regards vers lui. Avec son visage d'enfant, Pogacar a profité de sa coupe de champagne avec ses lieutenants à son service depuis Le Grand-Bornand où il a pris possession de ce maillot qu'il aime tant. C'est lui qui a ouvert la route aux fous furieux du peloton sur les Champs-Élysées avant d'ouvrir la cage aux lions. Pogacar, 22 ans, s'est une nouvelle fois assis sur son trône de leader du classement général mais aussi de la montagne et du meilleur jeune. Et il semble destiné à le garder pendant un bon moment.

Wout van Aert piège Cavendish

La cage ouverte une fois arrivée sur les Champs-Élysées, par le maillot jaune Tadej Pogacar et son équipe, nombreux sont ceux à avoir jeté leurs dernières forces dans des tentatives d'échappées. Les premiers à avoir pris quelques secondes sont Stefan Bisseger (EF Education-Nippo), Harrison Sweeny (Lotto-Soudal) et le vainqueur d'étape à Saint-Gaudens Patrick Konrad (Bora-Hansgrohe). Au sprint intermédiaire, ils ont pris les points devant un Mark Cavendish (Deceuninck-QuickStep) intraitable face à son rival Michael Matthews (BikeExchange).

Lire aussi :Cavendish : « Avant, je pensais que les problèmes mentaux étaient une excuse »

Une fois l'échappée reprise, Brent Van Moer (Lotto-Soudal), Michael Valgren (EF Education-Nippo) et Ide Schelling (Bora-Hansgrohe) ont tenté à leur tour. Le trio a mené la vie dure aux coéquipiers de Mark Cavendish et Jasper Philipsen (Alpecin-Fenix). Les trains de sprinteurs ont laissé filer en contre, à 13 kilomètres de l'arrivée, le duo breton de la formation B & B Hotels, Cyril Gautier et le super combatif du Tour Franck Bonnamour.

Mais sans surprise, les 142 coureurs encore en course se sont départagés dans un sprint massif après avoir repris le trio de tête dans le dernier tour. Malgré les tentatives, la Deceuninck-QuickStep du maillot vert n'a laissé aucun espoir aux derniers courageux. Pas suffisant pour sacrer Mark Cavendish. Parfaitement emmené par Mike Teunissen, Wout van Aert a fait parler sa puissance pour régler le sprint et s'imposer pour la première fois sur la plus belle avenue du monde. Il a devancé de justesse son compatriote Jasper Philipsen. Enfermé dans les 100 derniers mètres, Cavendish n'a pas pu trouver l'ouverture et échoue à la troisième place. S'il ne deviendra pas l'unique recordman de victoires sur le Tour de France cette année, il a de quoi se consoler avec son deuxième maillot vert, après celui rapporté à Paris en 2011.

Lire sur L'Equipe

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles