Tour de France (6e étape) : Dan Martin devant Pierre Latour en haut de Mûr-de-Bretagne

L'Equipe.fr
L’Equipe
Dan Martin (UAE Emirates) a remporté jeudi la 6e étape du Tour de France en partant seul à un kilomètre de la ligne située au sommet de Mûr-de-Bretagne. Pierre Latour (AG2R) finit deuxième, Romain Bardet a perdu de précieuses secondes.

Tour de France - Tour de France (6e étape) : Dan Martin devant Pierre Latour en haut de Mûr-de-Bretagne

Dan Martin (UAE Emirates) a remporté jeudi la 6e étape du Tour de France en partant seul à un kilomètre de la ligne située au sommet de Mûr-de-Bretagne. Pierre Latour (AG2R) finit deuxième, Romain Bardet a perdu de précieuses secondes.

Dan Martin (UAE Emirates) a remporté jeudi la 6e étape du Tour de France en partant seul à un kilomètre de la ligne située au sommet de Mûr-de-Bretagne. Pierre Latour (AG2R) finit deuxième, Romain Bardet a perdu de précieuses secondes.

Trois ans après la perf' majuscule d'Alexis Vuillermoz, son équipier Pierre Latour n'est pas passé loin de faire de Mûr-de-Bretagne une jolie terre d'exploit tricolore. Alors qu'on s'attendait plutôt à voir surgir Alexis Vuillermoz sur ces pentes à 12%, c'est en effet le jeune coureur d'AG2R qui s'est jeté dans la roue de Dan Martin, auteur d'une offensive solitaire courageuse à mi-parcours de l'ascension finale. Le Drômois a un temps semblé pouvoir fondre sur son rival dans les derniers hectomètres, mais l'Irlandais, trop costaud, a résisté jusqu'au sommet de cette pente qui a giflé quelques leaders - Romain Bardet, notamment, qui ayant cassé sa roue arrière au pied, perd 31 secondes.

Le film de l'étape

Avant la double ascension de cette bosse exigeante, le peloton avait été cisaillé par l'équipe Quick-Step Floors : décidée à secouer la douce après-midi bretonne dans laquelle s'étaient lancés les 170 coureurs, la formation belge a en effet placé une soudaine accélération à cent bornes de l'arrivée, créant le premier coup de bordure de l'été. Parmi les leaders, Vincenzo Nibali, Nairo Quintana et Jakob Fuglsang se sont un temps fait mordre par le piège à loup avant de s'en sortir ; Primoz Roglic y a laissé le pied pendant plus d'une demi-heure, pour ne s'en tirer qu'après une jolie frayeur et un énorme effort des LottoNL-Jumbo.

Après avoir échoué à faire trembler les leaders, les Quick-Step se sont tournés vers le «Mûr» en espérant, grâce à Julian Alaphilippe et/ou Philippe Gilbert, y chercher une victoire d'étape ou la tunique jaune. Mais les Bleu et Noir ont finalement été spectateurs d'un final où le bâton dynamite posée par Martin peu avant la flamme rouge a soufflé tous les autres favoris. Derrière Latour, l'incontournable Alejandro Valverde complète le podium du jour, devant - décidément, trop souvent devant - Alaphilippe, 4e frustré et déçu de ses sensations.

L'échappée du jour, qui a compté jusqu'à sept minutes d'avance sur le peloton et duré 160 kilomètres, a été animée par cinq coureurs, dont quatre Français : Laurent Pichon, Fabien Grellier, Damien Gaudin et Anthony Turgis. L'accélération des Quick-Step à mi-parcours a éteint leurs faibles espoirs.

Si le Maillot Jaune reste sur les épaules de Greg Van Avermaet (3'' d'avance sur Geraint Thomas et 5'' sur Tejay Van Garderen), cette étape a priori sans danger pour les favoris a pourtant causé plusieurs dégâts. Pendant que Latour s'écharpait à suivre Martin, son leader Bardet, loin derrière, tentait de limiter la casse. Un incident mécanique l'ayant obligé à changer de vélo avant l'explication finale, la plus belle chance tricolore perd gros : 31 secondes exactement, ce qui le relègue à 1'45 déjà du leader... «Ce sont les aléas de la course», a soufflé le Tricolore une fois la ligne coupée. Même constat pour Tom Dumoulin (Sunweb), idéalement placé ce jeudi matin et repoussé ce soir à plus d'une minute, conséquence d'une crevaison survenue à cinq kilomètres de la ligne.

À lire aussi