Tour de France - Le Tour de France exprime une joie prudente face au déconfinement

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Après les mesures d'assouplissement du confinement dans les prochaines semaines annoncées par le gouvernement, les organisateurs du Tour prennent la nouvelle avec satisfaction mais sans sauter au plafond. Au siège d'Amaury Sport Organisation (propriété comme L'Équipe du groupe Amaury), à Boulogne-Billancourt, l'annonce du calendrier de déconfinement présenté par le président Emmanuel Macron a été accueillie avec un véritable soulagement. Plus précisément la mesure qui prévoit la fin des limites de jauge selon la situation sanitaire ou encore celle qui autorise la tenue d'évènements de plus de mille personnes à partir du 30 juin. Mais les organisateurs du Tour de France, dont la 108e édition se déroulera du 26 juin au 18 juillet, n'ont pas souhaité s'emballer pour autant et ont préféré opter pour une certaine retenue en dépit de nouvelles plutôt optimistes. « Tout ce qui va dans le sens d'une amélioration, nous satisfait forcément, nous disait ce vendredi Pierre-Yves Thouault, directeur adjoint du Tour de France. Mais il faut rester concentré car personne ne sait comment la situation sanitaire peut encore évoluer. Il faut donc rester extrêmement vigilant même si les annonces sont plutôt bonnes. » lire aussi Le parcours du Tour 2021 L'an passé, entouré des plus grandes craintes face à la pandémie et après un calendrier de courses totalement bouleversé, le Tour avait pu s'élancer de Nice. Il était surtout parvenu à son terme à Paris, sans incident notable, avec la mise en place de mesures drastiques. Un départ de Bretagne, une région moins durement touchée par le virus « L'an dernier, nous avons réussi à organiser le Tour malgré des conditions qui étaient compliquées, mais nous y sommes parvenus, souligne l'adjoint de Christian Prudhomme. Aujourd'hui, notre maître mot est de dire qu'il est plus facile de desserrer que de resserrer. C'est aussi une nouvelle qui va soulager un grand nombre d'organisateurs de courses. Nous, pour l'instant, on ne veut pas se laisser aller à une quelconque euphorie. » lire aussi Le retour prévu des fans dans les stades En fait, le Tour de France s'était un minimum préparé pour n'avoir jamais coupé les ponts avec le ministère de l'Intérieur, le Centre interministériel de crise (CIC) et le ministère des Sports. « Depuis un an maintenant, nos discussions avec les autorités compétentes sont devenues très régulières, avoue Thouault. De ce côté-là, rien ne va changer. On va désormais s'adapter en fonction de ce qu'elles nous diront, c'est elles qui décident, et nous respecterons leurs décisions. » Le Tour de France s'élancera de Brest le 26 juin, soit quatre jours avant la dernière phase du déconfinement qui concerne particulièrement le mouvement sportif. Forcément, la plus grande course cycliste au monde pourrait avoir l'idée de demander une dérogation par rapport aux limites de jauge. Pierre-Yves Thouault, directeur adjoint du Tour de France « Ce qui ne changera pas, ce seront la politique des tests, des bulles sanitaires, des gestes barrières, le port du masque » « Pour l'instant, on ne sait rien à ce sujet parce que nous ne l'avons pas encore abordé, souligne Thouault. Peut-être que, dans nos discussions à venir, on sera mené à en parler ou pas. Le Tour de France s'élance le 26 juin et la levée des limites de jauge a été fixée par le gouvernement au 30 juin. Même si l'on sait que la Bretagne est l'une des régions de France où le taux de contamination est moindre, on veut juste rester légaliste et suivre ce que nous dirons les autorités. » « Ce qui ne changera pas, ce seront la politique des tests, des bulles sanitaires, des gestes barrières, le port du masque et l'ensemble du protocole qu'exige pour l'instant l'Union cycliste internationale, dit encore le directeur adjoint du Tour. Ensuite, en ce qui concerne le public, on fonctionnera comme on nous demandera de le faire. Sans m'avancer, j'ai l'impression qu'on se dirige vers un assouplissement de certaines mesures. Les prochaines réunions devraient nous éclairer un peu plus au sujet du passe sanitaire. Ce qui est déjà ficelé, ce sont les réunions au niveau de la sécurité de la course et la validation des parcours. Pour le reste, je pense qu'on ne va pas arrêter jusqu'au départ du Tour. » lire aussi L'actualité du cyclisme