Tour de France - Tour de France : les gagnants et les perdants de la septième étape

·5 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La plus longue étape de ce Tour de France (249,1 km) entre Vierzon et le Creusot a été très animée. Certains coureurs partis à l'avant comme Wout van Aert, Mathieu van der Poel et Vincenzo Nibali ont réalisé une belle opération. Tandis que Primoz Roglic a vécu une journée très compliquée. Les gagnants Wout van Aert (Jumbo-Visma) Offensif dès le début de l'étape alors qu'il était troisième au général vendredi matin, Wout Van Aert a semé la panique dans les rangs de l'UAE Team Emirates en prenant l'échappée du jour. Un très bon coup puisque le vice-champion du monde a repris plus de trois minutes à tous ses adversaires au général, sauf Van Der Poel, également à l'attaque. Il est désormais le dauphin de ''VDP'' au général et a désormais de quoi revoir ses ambitions à la hausse, d'autant que le leader désigné de la Jumbo-Visma au départ du Tour, Primoz Roglic, a coulé ce vendredi (voir plus bas). lire aussi Le classement de la 7e étape lire aussi Wout van Aert se dit « trop lourd pour jouer le général » Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix) Il est en Jaune depuis la 2e étape à Mûr-de-Bretagne et Mathieu van der Poel a encore une fois tout donné pour conserver ce maillot. Après avoir conservé sa tunique de leader lors du contre-la-montre de mercredi, Van der Poel a même gagné du temps sur les meilleurs grimpeurs vendredi en s'invitant dans l'échappée royale entre Vierzon et Le Creusot. Parmi les premiers au général, seul son rival de toujours Wout Van Aert ne lui a pas concédé de temps. Avec 30 secondes d'avances sur le Belge et au moins trois minutes sur Tadej Pogacar et les autres, Mathieu Van der Poel peut encore voir la vie en jaune à la veille des Alpes. lire aussi Le classement général Vincenzo Nibali (Trek-Segafredo) Le Requin de Messine n'est pas mort. Loin de là. Présent dans la bonne échappée du jour, Vincenzo Nibali en a profité pour rattraper le retard accumulé depuis le départ de Brest. Désormais 6e au classement général, celui qui a déjà gagné les trois Grands Tours est revenu dans la course à la veille des premières étapes montagneuses qu'il apprécie tant. Tout proche de son Italie natal, le leader de la Trek-Segafredo serait bien inspiré de tenter quelque chose pour perturber ses adversaires dès ce week-end. Ni gagnant ni perdant Tadej Pogacar (UAE Emirates) Avec son statut de vainqueur sortant et après avoir assommé le contre-la-montre de Laval mercredi, Tadej Pogacar est le grand favori de l'édition 2021. Mais cette année, le Slovène doit supporter tout le poids de la course. Vendredi, entre Vierzon et le Creusot, sa formation UAE Team Emirates a souffert derrière l'échappée où se trouvait Van der Poel et Van Aert. À tel point que le porteur du maillot blanc s'est retrouvé esseulé dans le final. S'il a perdu du temps sur les deux phénomènes, qu'il faudra maintenant aller chercher, Pogacar a malgré tout géré l'étape pour ne pas être inquiété par les autres favoris. lire aussi Pogacar : « Il fallait qu'on limite la casse » Richard Carapaz (Ineos-Grenadiers) Il a osé mais n'a pas été récompensé. L'un des leaders de la formation Ineos-Grenadiers a placé une attaque tranchante au sommet du Signal d'Uchon, à 10 kilomètres de l'arrivée. Très en jambes, Richard Carapaz a pris une minute au groupe Pogacar et semblait parti pour faire une belle opération au général. D'autant plus qu'il a bénéficié de l'appui de son coéquipier, Dylan Van Baarle, membre de la grosse échappée, qu'il a retrouvé à trois kilomètres de l'arrivée. Mais l'Equatorien s'est finalement fait rattraper dans la dernière ligne droite. Son entreprise était belle mais elle n'a pas été récompensée. Il reste en embuscade au général, 15e à 5'19". Les perdants Primoz Roglic (Jumbo-Visma) Le leader de la Jumbo-Visma est le grand battu du jour. Le Slovène, deuxième du Tour 2020, s'est fait distancer à 15 kilomètres de l'arrivée dans l'avant-dernière difficulté de la journée, la plus difficile, le col du Signal d'Uchon (5,7 km à 5,7 %). En milieu d'ascension, il s'est étonnamment retrouvé à l'arrière du peloton, puis il s'est fait distancer irrémédiablement, seul sans coéquipiers pour le soutenir. Sur la ligne, Primoz Roglic a terminé à neuf minutes du vainqueur Matej Mohoric et surtout à près de quatre minutes du groupe des favoris. Lourdement tombé lors de la troisième étape, le leader de la Jumbo-Visma ne semble pas totalement avoir récupéré. Son ambition de victoire finale a pris du plomb dans l'aile. Il est désormais 33e du général à 9'11" du leader, Mathieu van der Poel. Nairo Quintana (Arkéa-Samsic) Nairo Quintana a été le premier des leaders à se faire distancer dans la Côte de la Croix de Libération, à 35 kilomètres de l'arrivée. Le Colombien ne semblait pas très en jambes. Mais cela semble être volontaire. Le Colombien a perdu de nombreuses minutes sur la fin d'étape (135e à 18'35"). Il a annoncé vouloir jouer une victoire d'étape en montagne. Un choix étonnant et risqué puisqu'il pouvait légitimement avoir des ambitions au classement général puisqu'il ne pointait qu'a 2'45" (18e) de Mathieu van der Poel avant le départ de l'étape.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles