Tournoi des Six Nations : l'opportunisme et la défense des Bleus, la touche défaillante... tout ce que l'on a aimé et moins aimé dans Irlande-France

Julien Lamotte
·1 min de lecture

On a aimé

L'organisation défensive

Quand tous les voyants étaient dans le rouge face aux Verts, il fallait que les fondations soient solides. Et elles l'ont été. Pilonnée par une pluie d'ogives tombées du ciel, par des charges au ras déchaînées, la défense bleue a tenu. Elle a plié mais elle a tenu. Coulissant parfaitement, elle n'a jamais laissé un Irlandais filer à l'anglaise. Mieux que ça, elle n'a pas sombré dans l'indiscipline chronique qui accable généralement les équipes qui subissent.

La gestion de l'infériorité numérique

Privé de Bernard Le Roux pendant dix minutes, le XV de France aurait pu, là aussi, céder à la panique. Au final, il n'a pas encaissé le moindre point durant cette période. Mieux, c'est même à 14 contre 15 que les Bleus ont réussi à marquer le premier de leurs deux essais, au terme d'une succession de passes risquées mais parfaitement orchestrées. Cette gestion des temps forts et des temps faibles est incontestablement l'apanage des grandes équipes. Demandez aux All Blacks.

L'implacable réalisme

Contre l'Italie la semaine passée, la France était venue 14 fois dans les 22 mètres transalpins pour inscrire, au final,...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi