Toute nouvelle écurie de F1 devra verser 200 M$ aux autres

Basile Davoine
·2 min de lecture

Les nouveaux Accords Concorde signés par l'ensemble des écuries actuelles du plateau il y a quelques semaines comportent une clause qui protège les intérêts de ces structures en cas d'arrivée de toute nouvelle équipe. Ainsi l'on apprend que toute nouvelle écurie souhaitant faire son entrée en Formule 1 durant la période allant de 2021 à 2025 devra s'acquitter de la somme de 200 millions de dollars. Cette manne sera ensuite répartie équitablement entre les écuries déjà existantes, soit 20 millions de dollars chacune.

L'objectif de cette mesure est de protéger les équipes déjà engagées mais aussi de compenser la perte de revenus qui suivra en cas d'arrivée d'un nouveau team, puisque dès lors, les primes de la F1 ne se partageront plus entre dix concurrents mais entre 11, voire 12 (la capacité maximale de la grille selon la réglementation FIA).

Lire aussi :

Les 10 écuries de F1 ont signé les nouveaux Accords Concorde

Cette nouveauté permettra également de préserver la valeur des équipes, tout en s'assurant du sérieux de tout éventuel nouvel arrivant. La somme demeure importante, mais les coûts de la F1 à partir de 2021 seront en nette baisse, ainsi que lors des années à venir, en raison notamment de l'introduction du plafond budgétaire mais aussi de mesures importantes concernant le développement.

"Ce que visent à faire les 200 millions de dollars, c'est protéger la valeur des équipes existantes", explique Zak Brown, PDG de McLaren Racing. "La vente de Williams a été moins élevée [180 millions de dollars] et c'est beaucoup plus rentable que de lancer une nouvelle écurie. Néanmoins, si vous croyez en la valeur de la franchise, en la croissance de la Formule 1, vous récupérerez ces 200 millions de dollars plus tard. Dans la manière dont est écrite la réglementation, il y a aussi la possibilité pour Liberty et l'équipe d'ajuster ce chiffre."

En instaurant ce paiement supplémentaire au ticket d'entrée, il y a aussi une réelle volonté d'éviter tout scénario de flop avec un projet qui serait mort-né.

"Ce que nous essayons de faire pour notre industrie, c'est stopper ce que nous avons connu par le passé, avec USF1 qui annonce son arrivée en Formule 1 et qui ne prend finalement jamais la piste", cite Zak Brown en guise d'exemple. "Avec les 200 millions de dollars, il y a l'intention de s'assurer que, si quelqu'un arrive en F1, il a les moyens de le faire. Nous ne voulons pas revivre ce que nous avons connu, avec des annonces aléatoires de gens qui vont arriver et que l'on ne voit jamais prendre la piste. Je pense que ça ne se voit jamais dans d'autres sports majeurs."

Propos recueillis par Jonathan Noble