Toyota dévoile les premières images de son Hypercar

Basile Davoine
·3 min de lecture
<span class="copyright">Toyota Racing</span>
Toyota Racing

Toyota Racing

<span class="copyright">Toyota Racing</span>
Toyota Racing

Toyota Racing

<span class="copyright">Toyota Racing</span>
Toyota Racing

Toyota Racing

<span class="copyright">Toyota Racing</span>
Toyota Racing

Toyota Racing

Appelez-la GR010 Hybrid ! Toyota a dévoilé ce mercredi les toutes premières images de son Hypercar, dans une tenue de camouflage, à deux jours de sa présentation officielle avec sa livrée pour la saison 2021 de WEC. Les clichés présentés sont ceux du tout premier roulage de la nouvelle LMH, qui a eu lieu sur le circuit Paul Ricard au mois d'octobre dernier.

L'air de famille avec la TS050 Hybrid est indéniable, mais il s'agit néanmoins d'une toute nouvelle ère qui s'ouvre dans le cadre de la nouvelle réglementation succédant au LMP1. "À l'exception des pièces génériques comme les boutons, les capteurs et ce genre de choses, il n'y a pratiquement pas d'éléments similaires entre les deux voitures, car la philosophie de la réglementation est très différente", précise Pascal Vasselon, directeur technique de Toyota Gazoo Racing. "C'est une voiture complètement nouvelle."

Lire aussi :

La victoire au Mans va-t-elle se jouer sur la "politique" ?

Le Français explique que "la différence majeure est l'architecture du système hybride". En effet, la réglementation Le Mans Hypercar permet le recours à un seul système hybride, placé au niveau de l'essieu avant, alors que la TS050 LMP1 en employait deux.

"Nous avions implémenté [en LMP1] un dispositif avec deux systèmes de récupération d'énergie cinétique (KERS), un à l'avant et un à l'arrière, avec un système de freinage brake-by-wire à l'avant et à l'arrière", rappelle Pascal Vasselon. "Ce n'est plus autorisé. L'option de système hybride dans la réglementation impose uniquement un KERS et un brake-by-wire, tous les deux à l'avant. Cela crée de nombreuses différences et des défis à relever. Par exemple, nous n'avons plus de MGU à l'arrière, et il nous faut donc désormais un starter de démarrage tandis que le système de freinage à l'arrière est maintenant entièrement hydraulique, comme sur une voiture traditionnelle."

Sur le plan de la motorisation, Toyota garde le secret jusqu'au bout, et ce n'est que vendredi que le constructeur japonais en dira davantage sur son groupe propulseur installé sur la GR010 Hybrid. La réglementation limite la puissance à 670 ch (500 kW), énergie du système hybride comprise. Avec un poids minimum également revu à la hausse, passant de 878 kg à 1030 kg, les performances seront significativement réduites par rapport à l'ère LMP1.

"Il y a clairement une incidence sur les chronos, tout simplement parce que l'objectif [de la nouvelle réglementation] était de rendre les performances plus abordables et moins onéreuses", confirme Pascal Vasselon. "Nous pouvons anticiper une augmentation de dix secondes du temps au tour au Mans, et ce devrait être de l'ordre de quatre à cinq secondes sur un circuit classique de 5 km en WEC."

Toyota organise cette semaine une troisième session d'essais privés, sur le circuit d'Aragón en Espagne, avec un roulage qui a débuté hier et s'achèvera jeudi.