La Toyota n°8 décroche l'Hyperpole des 24 Heures du Mans

Sebastien Buemi, Brendon Hartley et Ryo Hirakawa ont décroché l'Hyperpole des 24 Heures du Mans. (S. Boué/L'Équipe)

Toyota a signé le doublé lors de l'Hyperpole des 24 Heures du Mans, jeudi, avec la n°8 de Brendon Hartley devant la n°7 de Kamui Kobayashi. Nicolas Lapierre a placé l'Alpine juste derrière les GR010.

L'Hyperpole de la 90e édition des 24 Heures du Mans a offert un beau spectacle et du suspense pendant 30 minutes jeudi sur une piste sèche et sous le soleil. Des conditions idéales avec 21° dans l'air et 30° sur la piste pour aller chercher les meilleurs chronos possible. Si le début de la séance a été le théâtre de nombreux chronos effacés à cause de passages hors limite, notamment pour Kamui Kobayashi (Toyota n°7), Nicolas Lapierre (Alpine n°36), Olivier Pla (Glickenhaus n°708) et Ryan Briscoe (Glickenhaus n°709), ce qui a permis à une LMP2, la JOTA n°38 d'occuper la pole pendant quelques secondes, les choses sont ensuite rentrées dans l'ordre, globalement, et les Hypercars ont pu se battre entre elles.

Les prototypes américains n'ont pas été en mesure de jouer l'Hyperpole et occuperont les 4e et 5e places sur la grille, pour la 709 (Ryan Briscoe) et la 708 (Olivier Pla). L'Alpine, qui a profité d'une modification de la BoP avant les essais libres 3 plus tôt dans la journée, a en revanche bien fait trembler les deux Toyota. Lapierre a en effet occupé la première place avec un chrono de 3'24"850, soit quasiment cinq secondes de moins que lors des qualifications mercredi, et sept dixièmes de moins que lors de l'Hyperpole 2021.

lire aussi

Les Toyota dominent les essais libres 3 des 24 Heures du Mans

Les Corvette dominent la catégorie GTE Pro

Mais les GR010, malgré deux temps effacés pour Hartley, et une tentative perturbée par la Porsche GTE Pro n°92 de Laurens Vanthoor, ont trouvé les ressources pour aller signer un doublé sur la piste du Mans dans les derniers instants. Et alors que Kobayashi aurait pu décrocher sa 5e pole au Mans, égalant ainsi le record de Jacky Ickx, c'est finalement le Néo-Zélandais qui a devancé le Japonais de quatre dixièmes (3'24"408 contre 3'24"828).

En LMP2, ce fut là aussi serré et c'est l'écurie belge WRT qui est allée le plus vite, avec Robin Frijns au volant (3'28"394), alors que Norman Nato a longtemps tenu la pole avec son proto de Realteam by WRT (3'29"697).

La catégorie GTE Pro a été dominée par les deux Corvette officielles, la n°64 (Nick Tandy) devant la n°63 (Antonio Garcia), avec moins de deux dixièmes entre les deux voitures (3'49"985 et 3'50"177). Enfin, en GTE Am, c'est une Ferrari qui a signé le meilleur temps, la n°61 d'AF Corse (Vincent Abril), en 3'52"594.

lire aussi

Norman Nato : « La première fois la nuit, ça saute à la gueule ! »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles