Trail - Rétro - Rétro trail 2020 : quelques lueurs d'espoir dans une saison noire

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Au coeur d'une saison fantomatique, plongée dans le noir par la crise sanitaire du coronavirus, quelques lueurs ont permis aux amateurs de sentiers de montagne de ne pas perdre espoir. Que s'est-il passé en trail running cette année ? Réponses.

Début 2020, une fois passées les fêtes de fin d'année, c'était l'heure de la planification. Moment délicieux, à mi-chemin entre rêve de gloire et repentance des excès des fêtes de décembre. Face à la feuille blanche, les coureurs du peloton s'inspiraient des choix des meilleurs traileurs du monde. Du côté de l'élite, les athlètes de courtes distances annonçaient leur présence sur la ligne de départ de Zegama-Aizkorri en ouverture du bal de la 3e édition de la Golden Trail Series ou de quelques grandes étapes du circuit de Skyrunning. François D'haene parlait déjà de Hardrock 100 et d'UTMB. Quant à Kilian Jornet, il restait discret, comme à son habitude, et on espérait déjà qu'il convoite à nouveau le mythique record du Pikes Peak Marathon.

lire aussi
Toute l'actu trail et ultra-trail

Mais rien ne s'est passé comme prévu. La pandémie a affecté jusqu'au déroulement des épreuves de pleine nature et il a fallu se contenter de peu, cette année, pour qui rêvait de grandes aventures en montagne. D'abord ce fut à la Skyrunning World Series de basculer sur un format virtuel, quand les amateurs d'ultra-endurance s'amusaient du premier confinement en faisant des records d'allers-retours sur leurs balcons. Puis vint le tour de la Golden Trail Series qui baissait pavillon au printemps, suivie par les grands ultra-trails à l'été et, coup de grâce, au Grand Raid de la Réunion, longtemps optimiste, de jeter l'éponge en septembre, désabusé.

Mais dans toute cette obscurité, certains coureurs, certaines organisations ont tout de même réussi à apporter un peu de lumière. Les premiers à dégainer furent les athlètes : ils ont fait preuve d'imagination pour proposer aux amateurs de belles et longues aventures en montagne, à la recherche de « FKT » (meilleurs temps connus, ndlr) ou tout simplement de leur idéal de traileur sur des sentiers mythiques. On pense à la longue aventure d'Erik Clavery sur le GR10, une traversée des Pyrénées en un peu plus de 9 jours, en juin dernier.

Les folles tentatives de record de Thévenard et Jornet
On garde en tête l'héroïque tentative de Xavier Thévenard sur le GR20, en juillet, loin du record mais qui est tout de même parvenu à boucler la terrible traversée de la Corse, au bout de l'effort. Ils furent nombreux cet été, professionnels et amateurs, à penser leur propre défi en montagne loin des fanions qu'ils suivent habituellement religieusement. Même Kilian Jornet s'est fendu d'une originale tentative de marque de référence (sur 24 heures, ndlr) mais, une fois n'est pas coutume, elle s'est déroulée sur piste en novembre dernier.

En parallèle de ces défis, quelques organisations sont tout de même parvenues à tirer leur épingle du jeu, aux termes d'efforts colossaux pour maintenir une organisation en pleine pandémie. En début d'été, quelques milliers de traileurs ont pu agrafer un dossard dans différents massifs alpins, quand Sierre-Zinal réalisait l'exploit d'organiser son épreuve mythique sur 33 jours pour délayer son large peloton. Cerise sur le gâteau : l'organisation valaisanne conviait les meilleurs coureurs du monde au départ de Sierre, début septembre, pour une joute de très haut niveau remportée par les illustres Maude Mathys et Kilian Jornet.

On retrouvait ces mêmes athlètes un mois plus tard aux Açores pour la grande bataille de la saison 2020, le Golden Trail Championship, qui couronnait la même Maude Mathys et le terrible Polonais Bartomiej Przedwojewski. Et ce fut tout. Le rebond de la pandémie relançait une série d'annulations pour les quelques épreuves de fin d'année. Et à l'aube de l'année 2021, à l'heure d'une nouvelle planification et face à la peur d'une énième hausse des contaminations, il faut bien concéder que l'optimisme devant la feuille blanche n'est pas celui de décembre 2019.