Trente ans de prison pour la tentative d'assassinat sur David Ortiz

David Ortiz, ex star des Boston Red Sox, en 2015. (Tribune Content Agency LLC / Alamy Stock Photo)

Reconnus coupables d'avoir tenté d'assassiner David Ortiz en 2019, légende dominicaine des Boston Red Sox, ils ont écopé de sévères peines de prison. Mais le mystère plane toujours sur l'identité du commanditaire.

Quelle drôle d'idée de tirer sur David Ortiz. Chez lui, en République dominicaine, « Big Papi », sourire et silhouette de panda géant - 1,90 m pour un gros quintal - il est Dieu avec une batte en main. Pareil à Boston, où il a joué quatorze saisons pour les Red Sox et les a aidés à emporter trois titres de champions (2004, 2007 et 2013). Petit, il avait piqué la tête d'une poupée de sa soeur et l'avait rasée pour en faire une balle de baseball aux trajectoires vicieuses. « Si tu peux frapper ça avec un manche à balai, a-t-il raconté, tu peux tout frapper. » Notamment les balles à 160 km/h des lanceurs de Major League, que le gaucher à l'oeil exceptionnel terrorisait à coups de homeruns.

Le 9 juin 2019, alors qu'Ortiz est attablé à la terrasse du Dial Bar and Lounge à Saint-Domingue, un homme armé, à moto, Eddy Feliz, lui tire une balle dans le dos presque à bout portant. La foule arrête le tireur, lui fracasse le crâne et les jambes pendant qu'Ortiz est transporté à l'hôpital. La balle lui a traversé le corps, on lui enlève la vésicule biliaire et une partie des intestins mais le jeune retraité est sauvé.

On apprend vite qu'Ortiz n'était peut-être pas la cible prévue. Un autre client, Sixto Fernandez, aurait été visé par un trafiquant de drogue, Victor Hugo Gomez Vasquez. Il avait été désigné comme portant un pantalon blanc sur une photo envoyée au tireur. Celui-ci l'aurait ensuite confondu avec Ortiz, assis près de lui, et masqué sur le cliché par un objet blanc.

Pas convaincu par ces conclusions, Ortiz engage un ancien flic de Boston pour mener sa propre enquête. Ce dernier conclut que la tentative d'assassinat de la star des Red Sox aurait été commanditée par un autre roi de la drogue et des nuits dominicaines, Cesar « El Abusador » Peralta. Mobile : Peralta aurait été de plus en plus « jaloux de la popularité et de l'attention » reçue par Ortiz dans les bars et boîtes qu'il possédait. Mais au pays, la thèse de la confusion a perduré et, l'enquête une fois close, le tribunal a rendu son verdict le 28 décembre dernier. Dix hommes, sur treize à comparaître, ont été condamnés pour tentative d'assassinat, dont le tireur à moto et un complice, à trente ans de prison. La sentence laisse quelques questions en suspens, notamment les suspicions sur Peralta, aujourd'hui incarcéré aux États-Unis. David Ortiz, 47 ans, élu au Hall of Fame en juillet dernier, se satisfait de la décision et continuera à commenter les matches des Red Sox à la télé : « Il y a bien longtemps que j'ai pardonné à ces gars-là. »