Tribunes au bord de la crise de nerf : la faute à qui ?

·1 min de lecture

L'image est terrible. Dimitri Payet recevant, en pleine tête, une bouteille d'eau. Tout le monde se souvient de ce qu'il avait déjà subi, à Nice. Sa réaction, en balançant en retour l'objet du délit. L'invasion du terrain. Le match arrêté. Beaucoup conservent encore en mémoire ses paroles fortes, après le classico, à l'encontre de certains fans phocéens. Le voici de nouveau au cœur de la tempête, et au cœur du problème. Car, de fait, il ne s'agit plus de ce qui constituait la grande angoisse du football, autrement dit la violence entre supporters. Ces tensions qui sont en train de devenir l'un des phénomènes marquants de cette saison, au point de conditionner le déroulé des rencontres phares du dimanche soir et alors que la L1 n'a jamais été aussi séduisante, concernent en effet rarement des affrontements entre fanatiques.

Les jets d'objets, les fumis, les envahissements de terrain... Cette escalade, trop familière, propose une…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles