Trois espoirs du National à surveiller ce week-end en Coupe de France

Trois joueurs à surveiller ce week-end.

En plus de Châteauroux vendredi soir, trois autres clubs de Troisième Division sont opposés à des L1 ce week-end. Chacun d'entre eux dispose d'un bel atout pour créer la sensation.

Après la Berrichonne, éliminée par le PSG vendredi soir, trois nouveaux pensionnaires de National tentent leur chance pour se qualifier face à une Ligue 1, ce week-end. Avranches accueille Brest ce samedi à 15 h 30, Le Puy reçoit Nice à 18 heures et Dunkerque défiera Auxerre, dimanche (18 heures). Respectivement 10e, 16e et 5e du troisième échelon, ces clubs comptent déjouer les pronostics. Pour parvenir à ce dessein, ils pourront s'appuyer sur un élément clé de leur secteur offensif.

lire aussi : Toute l'actu de la Coupe

L'attaquant originaire de Grasse évoluait la saison passée à Sittard, en D1 néerlandaise. Il a été recruté cet été à Dunkerque, où il a signé un contrat de deux ans. Et c'est un pari réussi, puisque Baghdadi est le deuxième meilleur buteur de National, avec sept réalisations, derrière Amine Boutrah (Concarneau, 8 buts). Plus que son efficacité, c'est sa vista qui étonne. « C'est un joueur de National mais il a la classe et la technique d'un joueur de Ligue 1, assure son entraîneur Romain Revelli. Il a une intelligence de jeu, une qualité dans ses enchaînements... » Il lui reste tout de même une marge de progression. « J'aimerais qu'il se comporte plus en leader. Il peut devenir un cadre », avance Revelli. En attendant, les Auxerrois vont devoir se méfier, car « c'est un avant-centre qui trouve des positions surprenantes pour frapper », prévient Revelli.

Il commence à se faire un nom en National. Mehdi Boussaïd, Lyonnais d'origine passé par Montpellier plus jeune, est un manieur de ballon imprévisible. « Il est capable d'éliminer dans des petits périmètres, assure son entraîneur Damien Ott. Je l'utilise comme milieu offensif axial, il a besoin de libertés. » Cet après-midi, les Brestois vont donc devoir juguler un bon dribbleur, qui est également doté d'un gros caractère. Ils auront face à eux un joueur d'une grande sensibilité, que ce soit sur le plan du foot ou humainement. « Il ne gère pas toujours ses émotions, il ne supporte pas l'injustice, prévient Ott. Dès que quelque chose lui paraît injuste, il peut se disperser. Après, il donnera tout si vous êtes honnête avec lui. C'est un garçon à la personnalité forte. C'est tout ou rien. »

« Auxerre était venu cet été en stage au Chambon-sur-Lignon (en Haute-Loire), et on avait de bons rapports avec Jean-Marc Furlan (l'ancien entraîneur de l'AJA) », raconte Roland Vieira, l'entraîneur du Puy. Voilà comment Mohamed Ben Fredj est arrivé au Puy cet été. Et personne ne s'en plaint. Après avoir participé à quelques bouts de match en Ligue 2 la saison passée, ce Toulonnais d'origine, personnalité réservée, commence à se démarquer.

« Il a la capacité à être à la création et aussi à la finition. Il est très juste techniquement, poursuit Vieira, qui apprécie surtout le professionnalisme du jeune garçon. C'est un travailleur, il demande souvent à rester pour travailler devant le but. C'est le type de joueur qui peut être revanchard face à une équipe de haut niveau comme Nice. »