Tsonga : « Soulagé et excité » à l'idée de jouer Casper Ruud à Roland-Garros

Jo-Wilfried Tsonga à Lyon cette semaine où il a été battu par le Slovaque Alex Molcan. (A. Martin/L'Équipe)

Jo-Wilfried Tsonga, qui sera opposé au Norvégien Casper Ruud pour entamer son dernier Roland-Garros, attend ce moment où il y aura forcément beaucoup d'émotions.

« Que ressentez au moment d'entamer votre dernier Roland-Garros ?
Je me sens à la fois soulagé de savoir que c'est le dernier, parce que j'ai quand même mon esprit et mon corps qui me disent que c'est l'heure d'arrêter, et à la fois très excité. J'ai toujours adoré jouer ici, à Roland. Cela a toujours été un moment très important dans ma carrière. Aujourd'hui, j'ai envie d'aller sur le court. Je vais rencontrer un joueur (Casper Ruud, 8e mondial) qui est très bon, qui est très consistant. Je sais que ce sera un match dur. Je suis heureux de pouvoir vivre ça et quoi qu'il arrive, ce sera une fête pour moi.

« Je manque énormément de certitudes parce que je n'ai pas joué énormément de matches »

Est-ce que le fait d'être ici maintenant au stade change quelque chose dans votre perception de l'approche de l'arrêt de votre carrière ? Pour moi, oui, tout se concrétise vraiment. Quand je l'ai annoncé il y a un mois, je me disais : « J'ai encore un peu de temps, il va encore se passer des choses entre-temps ». Je suis juste à quelques jours de mon prochain match, et si jamais je ne le gagne pas, effectivement, ce sera le dernier.

C'est vrai, forcément, je ne le vis pas comme si c'était un Roland-Garros comme tous les autres. C'est spécial. Je ne sais même pas quel mot employer. J'emploie tout le temps ce mot « spécial ». Je ne peux pas dire que c'est un super feeling ni que c'en est un mauvais. C'est un moment qui, pour moi en tout cas, je suis sûr, sera rempli d'émotion. J'avoue que je n'essaye pas trop d'appréhender ce moment. Je le laisse venir aussi et il sera comme il sera.

On imagine qu'il y a cette envie de savourer chaque point sur le court. Comment vous sentez-vous physiquement et mentalement ?
Sur l'approche purement sportive, je peux considérer que des deux dernières années, c'est le moment où je me sens le mieux physiquement, mais je manque énormément de certitudes quand même, parce que je n'ai pas joué énormément de matches et je n'en ai pas gagné énormément. Donc, c'est très difficile pour moi de jauger et de dire ce qu'il en est. Encore une fois, c'est souvent à Roland-Garros que je me suis le mieux comporté sur le terrain. Donc, j'aimerais bien que ce soit le cas une fois de plus. Je vais y aller, donner tout ce que j'ai.

« De mon parcours, ce que je vais retenir, ce sont les relations humaines que j'ai eues avec les différentes personnes qui m'entouraient »

Gilles Simon va bientôt s'arrêter aussi...
Gilles, c'est mon camarade. Il fait partie de mon histoire tennistique. On a partagé énormément de choses ensemble depuis qu'on est tout jeunes. On a fréquenté les mêmes centres. C'était un placo qui nous séparait quand j'étais à Poitiers au Pôle France. On allait à l'école ensemble. On jouait au tennis ensemble. On a rigolé ensemble. On se racontait nos premières petites amies ensemble. On se racontait des choses. C'est une très belle histoire, parce que quand on avait 10 ou 11 ans, on était amis, parce qu'on était des petits êtres humains qui attendaient de pousser. Finalement, on a traversé toutes les étapes ensemble, jusqu'à aller jouer en équipe de France ensemble. Très peu de personnes le vivent.

Que ce soit avec Gilles, Gaël (Monfils) ou Richard (Gasquet), on se connaît tous depuis qu'on a 11 ou12 ans. On a grandi ensemble, on a joué en équipe de France, on a pleuré ensemble, on a gagné ensemble. Ces histoires sont finalement les plus belles. De mon parcours, ce que je vais retenir dans tout ce que j'ai pu faire finalement, ce sont les relations humaines que j'ai eues avec les différentes personnes qui m'entouraient.

lire aussi

Les temps forts de la carrière de Jo-Wilfried Tsonga

Avez-vous des exigences sur le l'heure et le court où vous aimeriez jouer ?
J'imagine qu'il y a de grandes chances que ce soit sur le Chatrier ou éventuellement sur le Suzanne-Lenglen, c'est possible. C'est toujours possible que ce soit diffusé sur une chaîne ou sur une autre. (mystérieux) Moi je préférerais une chaîne ! Ou pas une autre ! Honnêtement, je n'ai pas vraiment de demande particulière. Ou si, peut-être je vais demander là-haut (il montre le ciel) s'il peut éviter de m'envoyer de la pluie et de la terre lourde afin que je puisse mettre des aces. C'est tout ce que je vais demander !

Vous avez dû inviter beaucoup de monde...
Tout le monde a envie de venir ! Roland-Garros fait ce qui peut pour essayer de m'aider, ce qui n'est pas évident. Durant mon parcours, plein de gens m'ont supporté, aidé, et du coup, si je devais contenter tout le monde, il me faudrait 250/300 places, ça va être compliqué. On est obligé de faire des petits arbitrages... »

lire aussi

Toute l'actualité de Roland-Garros

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles