« Tudor d'un oeil, mais.. »

(S. Boue/L'Equipe)

Retrouvez l'épisode 79 du podcast foot de Didier Roustan.

Mais cela sera-t-il suffisant pour intervenir si ton moulin va trop vite ? C'est-à-dire au premier coup de mistral synonyme de seulement trois ou quatre mauvais résultats. Je veux bien qu'à Marseille les choses aillent plus vite mais vraiment les sifflets plus que fournis du Vélodrome l'autre soir sur le nom de Tudor m'ont scotché.

voir aussi

Retrouvez tous les épisodes de Roustan Foot, le podcast


Pas le moindre match officiel et déjà le #TudorOut (je crois que c'était ça ou alors il s'agissait d'une autre formule avec Tudor et derrière un autre mot qui signifiait à 100% la même chose de toute manière..) qui circulait abondamment. Et je ne parle pas des commentaires souvent nauséabonds et du scepticisme ambiant général. Le gars découvre un environnement et des joueurs depuis seulement quelques semaines, pas encore je le répète la moindre rencontre officielle, mais il n'a que des défauts et il faudrait déjà le virer ?

Non mais allo quoi.. et allo qui au fait ? Ben le cerveau, tout simplement (appelons un chat un chat..) comme le prouve une équation que je mets en évidence dans ce podcast. Et elle est selon moi imparable. Il suffit juste de se poser et réfléchir trois secondes me semble-t-il, mais trois secondes, c'est manifestement trop car quand la mèche est allumée ça bêle tellement fort dans les rangs hein. Enfin, ça ne date pas d'aujourd'hui et ça ne se limite pas à Marseille, ni au football d'ailleurs, mais quand même. Au rythme où vont les choses désormais, avec tous ces grands spécialistes qui se révèlent chaque jour, et qui via les réseaux sociaux ont leur petit quart d'heure de gloire en permanence finalement. Ajoutez à tout cela l'impossibilité de supporter dans cette société la moindre frustration sans compter ce juge de paix si envahissant du résultat, ben j'ai la vague impression que nous ne sommes pas au bout de tous ces délires. Enfin qui vivra verra, haut les coeurs les Braves, et bonne écoute à tous.