Užupis, Lituanie : la République des esprits libres

·2 min de lecture

Préparez votre passeport ! Au creux d’une boucle de la rivière qui traverse la capitale, Vilnius, vit un surprenant petit Etat indépendant, avec son drapeau, son hymne, sa Constitution, ses ministres et surtout son esprit. Ce micro-pays est, depuis vingt-deux ans, un endroit un peu plus bohème, plus artiste et indiscutablement plus humain que les autres.

De Vilnius, il faut descendre une petite rue tortueuse, traverser un large carrefour, laisser sur sa gauche l’immaculée cathédrale orthodoxe de l’Assomption, pour arriver face à une frontière. Un imposant pont enjambe la paisible rivière Vilnia, alors que claque au loin un intrigant drapeau orné d’une main bleue. Un panneau de signalisation tout ce qu’il y a de plus réaliste informe le passant : « République d’Užupis », traduit en plusieurs langues aux alphabets variés, et quatre pictogrammes : un smiley ravi, une limitation de la vitesse à 20 km/h, une image de « La Joconde », une pancarte avertissant du risque pour une voiture de tomber à l’eau.

Bienvenue à Užupis (à prononcer « oujoupis », et qui signifie littéralement : « de l’autre côté de la rivière »), quartier à part à l’atmosphère insolite, repaire de la bohème lituanienne, refuge d’artistes et de libres penseurs et, surtout… république indépendante autoproclamée depuis 1998. Pas de douanier à l’horizon mais de charmantes petites maisons colorées donnant sur la rivière, jardins plantés de nombreux arbres, fresques de street art, un grand café en brique avec une large terrasse et, devant, un homme à l’air débonnaire, barbe et cheveux broussailleux autour d’un regard bleu perçant : Tomas Čepaitis, ministre des Affaires étrangères d’Užupis, une république dont le président, énonce-t-il, « n’est responsable que d’une seule chose : le vent qui souffle dans le drapeau. S’il n’y en a pas assez, il faut aller s’en référer à lui ».

Un minuscule Etat indépendant autoproclamé

Užupis, explique le ministre en débutant la visite guidée du quartier, est une micro-nation, un minuscule Etat indépendant autoproclamé, comme la république du Saugeais en France, l’ex-plateforme(...)


Lire la suite sur Paris Match