Ukraine: la centrale nucléaire de Zaporijia de nouveau coupée du réseau électrique

Wikimedia commons Rehman

Selon l'administration russe, les générateurs diesel de secours du site ont été enclenchés, et le niveau de radiation du site est actuellement "dans les normes."

Nouvelles inquiétudes autour de Zaporijia. La centrale nucléaire, occupée par l'armée russe dans le sud de l'Ukraine, a été à nouveau coupée du réseau électrique ukrainien, a affirmé lundi l'administration d'occupation russe. Un incident potentiellement dangereux et devenu fréquent avec les bombardements liés aux combats.

"En raison de la coupure de la ligne à haute tension Dnieprovskaïa (connectée à une centrale dans la région de Dnipro, NDLR) la Centrale nucléaire de Zaporijia a perdu son alimentation extérieure en électricité", a indiqué sur Telegram l'administration russe.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Radiation "dans les normes"

Selon cette même administration, les causes de la coupure de cette ligne électrique étaient en train d'être établies et a précisé que les générateurs diesel de secours du site avaient été enclenchés pour assurer temporairement son fonctionnement minimal. Ces générateurs ont normalement du carburant pour fonctionner plusieurs jours.

"Le niveau de radiation à la centrale (...) est dans les normes", a ajouté l'administration, qui est liée au groupe public russe Rosatom.

Il s'agit officiellement de la septième fois que cet immense complexe nucléaire est coupé du réseau électrique depuis sa prise par l'armée russe, le 4 mars 2022.

Mis à l'arrêt depuis septembre

La précédente coupure, début mars, avait été causée par une vague d'attaque de missiles russes, selon l'opérateur public ukrainien Energoatom. L'alimentation extérieure avait été rétablie après quelques heures.

La centrale, qui produisait auparavant 20% de l'électricité ukrainienne, a continué à fonctionner les premiers mois de l'offensive russe, malgré des périodes de bombardements, avant d'être mise à l'arrêt en septembre.

Depuis, aucun de ses six réacteurs VVER-1000 datant de l'époque soviétique ne génère de courant, mais l'installation reste connectée au système énergétique ukrainien et consomme de l'électricité produite par celui-ci pour ses propres besoins, notamment pour assurer le refroidissement des réacteurs.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO-Ukraine : informations contradictoires autour de la prise de Bakhmout