Ultra-trail - Barkley (4/5) - Série Barkley (4/5) : un environnement hostile et lugubre

L'Equipe.fr
·1 min de lecture

À l'occasion de la sortie du livre « Les Finisseurs, la Barkley racontée », partez à la découverte de cette course atypique de 200 km dans le Tennessee, que seuls 15 coureurs ont bouclé depuis 1986. Dans ce quatrième épisode, John Kelly et Jared Campbell évoquent l'environnement hostile et lugubre de la Barkley. La Barkley se caractérise entre autres par l'endroit où elle se court, dans un parc naturel régional de collines et de bois. On est loin des Alpes et des paysages grandioses couramment traversés par les coureurs d'ultra. C'est lugubre, mais ça a aussi son charme. Dans cet épisode, John Kelly, le gars du coin, 15e finisseur né à quelques centaines de mètres de Frozen Head, parle de l'endroit mieux que personne. Et Jared Campbell évoque, lui, les pentes et les pièges. lire aussi Barkley (1/5) : Lazarus Lake et ses héros lire aussi Barkley (2/5) : les secrets d'entraînement lire aussi Barkley (3/5) : des hallucinations

15 « Finisseurs » Seuls 1 % des partants terminent cette course hors du temps : 15 coureurs depuis sa création en 1986. Pour boucler la Barkley, les prétendants ont cinq tours à parcourir en moins de 60 heures dans le parc naturel de Frozen Head, dans l'est du Tennessee. Face à eux : plus de 200 kilomètres avec 20 000 mètres de dénivelé, pas de balisage ou de ravitaillement, des pentes abruptes, une météo capricieuse et une route à tracer dans un dédale d'arbres dénudés et de ronces. Ces « finisseurs », qu'Aurélien Delfosse et Alexis Berg ont rencontrés, ne font pas partie de l'élite du trail running. La plupart sont inconnus. Ils sont charpentier, glaciologue, ambulancier ou ingénieur.... 15 destins américains à découvrir dans « Les Finisseurs » (éditions Mons).