Ultra-trail - UTMB - Xavier Thévenard revient sur sa maladie de Lyme avant l'UTMB : « Il y a quelques mois, je n'arrivais même plus vraiment à courir »

·4 min de lecture

À quelques heures du départ de l'UTMB, le Français Xavier Thévenard s'est confié ce jeudi sur son état de forme après une année chaotique marquée par une infection au Covid-19 et la maladie de Lyme.

« Comment vous sentez-vous à 48h du départ ?
Compte tenu de mon année compliquée par la maladie de Lyme et une infection au Covid-19, mes sensations ces derniers jours sont plutôt bonnes. Mais je ne les ai éprouvées que sur des sorties à pied de maximum cinq heures, je ne sais pas ce que cela peut donner sur plus de 21 heures. Mais je suis plutôt confiant et content d'avoir retrouvé une petite forme. Après, on verra ce que ça peut donner vendredi : ça sera l'aventure. Mais je pense pouvoir performer malgré ma maladie.

lire aussi
Xavier Thévenard prêt pour l'UTMB après un an de galère

Où en est votre état de santé ?
Mon infection au Covid-19 est guérie et ma bactérie est en sommeil (la bactérie de la maladie de Lyme, ndlr). Mais je ne suis pas guéri de Lyme et il va falloir surveiller ça de près. Comment ça va évoluer dans le futur ? Ça reste une grosse interrogation. Il y a quelques mois, je n'arrivais même plus vraiment à courir, je finissais certaines séances en marchant. Alors juste de retrouver des sensations, c'est déjà une petite victoire.

Comment acceptez-vous le fait de ne pas prendre ce départ au meilleur de votre forme après l'avoir gagné trois fois ?
En 2017, j'avais déjà été moyen en termes de sensations mais j'avais réussi à limiter la casse (4e de la course la plus relevée de l'histoire, remportée par François D'haene ndlr). Mais c'est vrai que toutes les autres années, ça s'est plutôt bien passé. Pour vendredi, je dirais que ça met une touche de piment supplémentaire et qu'il va falloir gérer avec les moyens du bord. C'est un peu l'inconnu honnêtement, mais je suis déjà vraiment content d'être là et de pouvoir faire la boucle. Et même si je ne performe pas vendredi, j'essaierai de prendre tout de même du plaisir. Je ne comprends pas les coureurs qui abandonnent quand ils voient qu'ils ne peuvent pas viser le podium. Moi, j'ai encore envie de courir l'UTMB à 50 ans : je ne serai plus devant à cet âge-là et je compte bien continuer à prendre du plaisir.

lire aussi
Récit : UTMB, le jour d'après

Pensez-vous pouvoir jouer la victoire ?
C'est vraiment dur à dire, il y a tellement d'incertitudes sur ces courses. Qui va partir devant ? Qui va craquer ? C'est une des raisons qui rendent l'ultra si intéressant : on ne peut pas établir de scénarios à l'avance. Quand je vois mes sensations, je me dis que je peux viser les 21 heures sur le parcours complet. Ça serait mon record sur ce parcours (21h07 en 2019 et 21h10 en 2015). Je vais courir en regardant seulement mes temps. Avec l'expérience, je pense pouvoir y parvenir, la météo va être parfaite, si tout se passe bien. Mais, oui, je pense pouvoir performer malgré ma maladie.

21 heures, c'est le meilleur temps que vous pensez pouvoir viser (l'Espagnol Pau Capell a gagné en 20h19 en 2019) ?
Je pense, oui. J'ai beaucoup étudié mes temps de passage, j'ai beaucoup réfléchi au déroulement de mes UTMB. Et franchement, si je peux gagner encore quelques minutes par-ci par-là, j'ai déjà la sensation d'être à fond, d'avoir déjà la meilleure gestion possible pour moi tout en gardant du plaisir. Si je vais plus vite, je sens que je vais vraiment accuser le coup et perdre tout plaisir. Non, vraiment, je pense avoir trouvé mon tempo : viser 20 heures, ça serait comme dire à un marathonien qui vaut 2h30 d'essayer de courir en 2h10. Cela semble irréaliste. Depuis mon premier UTMB, je n'ai jamais progressé de 20, 30 minutes sur le parcours et ce n'est pas à 33 ans que je vais y arriver. Je pense que physiologiquement, je ne suis pas capable de courir en 20 heures.

Qui voyez-vous performer à vos côtés, vendredi ?
Le plateau est costaud. François D'haene va être solide, c'est évident. Mais je pense aussi à des outsiders que l'on attend moins comme le Français Aurélien Dunand-Pallaz ou l'Allemand Hannes Namberger. Mais c'est l'UTMB, tout peut arriver ! »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles