Ultra-trail - Xavier Thévenard : « J'essaye d'être un athlète écoresponsable »

·3 min de lecture

Triple vainqueur de l'UTMB, Xavier Thévenard (33 ans) a participé à une conférence lors du Paris Running Festival, sur le développement durable dans le monde du running. L'occasion d'évoquer ce sujet avec ce Jurassien, amoureux de la nature et traileur engagé.

« Comment se traduisent vos engagements écologiques dans votre quotidien d'athlète ?
Mon quotidien d'athlète est dicté par ma vie, car des convictions écologiques, j'en ai toujours eu. Je fais mon jardin, je me déplace beaucoup à vélo, je n'utilise pas de lessive, je trie. Et là, dernièrement, je suis en train de concevoir une habitation durable avec ma compagne. Et ce sont tous ces gestes qui, selon moi, vont dans la bonne direction d'une vie plus écoresponsable. Le seul choix qui se répercute sur ma vie d'athlète, c'est ma décision annoncée il y a un an, de ne plus prendre l'avion pour courir un ultra à l'autre bout du monde. Ça n'a pas d'intérêt pour moi, alors finalement ça ne change pas mon quotidien et ce n'est pas pour autant que je suis malheureux, au contraire, je suis plus épanoui qu'avant.

lire aussi
Thévenard : « C'est la première année que je vis de mon sport »

Avec votre notoriété, vous souhaitez transmettre ce message-là à votre communauté ?
J'ai bien conscience que maintenant, j'ai une notoriété dans le milieu du trail, alors si mon image peut prêcher la bonne parole en faveur de l'environnement, je la mets volontiers à contribution. C'est un ensemble de choses qu'il faut changer. Aujourd'hui, les gens sont obnubilés par les belles voitures par exemple, mais si demain, on montre que c'est bien de faire son jardin ou de se déplacer à vélo et que ça à une forte influence, on aura tout gagné. Ça ne demande pas d'effort superficiel, le but c'est avant tout limiter notre empreinte carbone.

Est-ce qu'une vie écoresponsable est aujourd'hui 100 % compatible avec la vie d'un athlète de haut niveau ?
On n'est pas exemplaires, mais on peut tous, faire des choses en faveur de l'environnement. C'est pour ça aussi que je m'associe à des marques écoresponsables qui ne font pas du greenwashing. Mais évidemment que c'est compatible, j'ai juste besoin de restructurer mon quotidien. Il faut savoir si le plus important est de faire des courses à l'autre bout du monde ou que la vie puisse continuer sur terre ? Il faut réfléchir à nos actes et ne pas faire n'importe quoi, j'ai la chance d'avoir tout ce qu'il me faut derrière la maison, les paysages sont magnifiques. Je n'ai pas besoin d'aller au Japon ou aux États-Unis pour courir 100 km.

lire aussi
UTMB 2021 : encore du très beau monde prévu au départ

Et pour vos équipements, comment choisir entre performance et durabilité ?
Ce n'est pas incompatible, car il y a des marques aujourd'hui qui permettent de recycler les chaussures ou utiliser des matériaux plus durables. C'est important de sensibiliser les gens car ça fait partie d'un tout. Mais globalement, j'essaye d'utiliser mon matériel au maximum, quand je ne cours plus avec, je l'utilise dans mon jardin, ou je le donne à des associations.

Vous avez des projets dans ce sens les prochains mois ?
Avec mes partenaires, on va essayer de mettre en place une série d'actions de sensibilisations auprès des écoles, sur des thématiques liées à l'environnement. C'est encore en réflexion, mais l'idée c'est de sensibiliser les jeunes à la cause environnementale à travers mon expérience d'ultra-traileur. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles