Une athlète belge pense à se faire euthanasier après les Jeux

Sarah Frise
L'athlète paralympique belge envisage de se faire euthanasier après les Jeux de Rio.

Si les Jeux Paralympiques offrent souvent l’occasion de découvrir le destin incroyable de sportifs hors du commun, l’histoire de Marieke Vervoort est loin d’être joyeuse. Spécialiste du sprint en fauteuil, l’athlète souffre d’une grave maladie dégénérative incurable.

Pour la Belge, les Jeux de Rio seront les derniers. « J’arrêterai ma carrière après Rio. Après, nous verrons bien ce que la vie m’apportera et j’essayerai de profiter des meilleurs moments », a-t-elle déclaré à l’agence de presse Belga.

Mais les confidences de la triple championne du monde 2015 ont été plus loin. « Je commence à penser à l’euthanasie, a-t-elle avoué. Malgré ma maladie, j’ai pu vivre des choses dont les autres ne peuvent que rêver. » En Belgique, demander à se faire euthanasier lorsque les souffrances morales sont insoutenables est légal.

Marieke Vervoort avait décroché l’or sur le 100 mètres aux Jeux londoniens en 2012, finissant deuxième du 200m. A Rio, elle devrait s’aligner sur le 100m et le 400m. Elle n’a reçu la confirmation de sa participation aux épreuves olympiques que vendredi dernier, faute de concurrents dans sa catégorie. « Rio est mon dernier souhait. Je m’entraîne très dur même si je dois lutter jour et nuit contre ma maladie. Sur mon fauteuil, mes frustrations s’en vont. J’espère finir ma carrière sur un podium à Rio », a-t-elle conclu.

Ce contenu peut également vous intéresser :

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages