US Open - Derrière le prize money record à l'US Open, une meilleure répartition des gains

·4 min de lecture

L'US Open a annoncé une dotation record de 57,5 millions de dollars, soit environ 49 millions d'euros, pour son édition 2021 (30 août - 12 septembre). La répartition du prize money a aussi été réévaluée, pour permettre à tous les joueurs d'en bénéficier plus équitablement. L'US Open vient de battre son propre record. En 2019, le Grand Chelem américain avait établi son prize money à 57,24 millions de dollars, soit environ 48,7 millions d'euros. Pour son édition 2021, celui-ci s'élèvera à 57,5 millions de dollars (49 millions d'euros), record absolu dans l'histoire des Majeurs. Dernière levée de la tournée 2021 des Grands Chelems, l'US Open surpasse nettement ses trois homologues en termes financiers. Ses 49 millions d'euros de dotation globale dépassent les 43,8 millions d'euros de l'Open d'Australie, les 34,4 millions de Roland-Garros et les 40,8 millions de Wimbledon.

Et pourtant, la pandémie est passée par là. En 2020, tous les tournois - quand ils ont pu avoir lieu - ont dû revoir leur prize money à la baisse, à cause de la chute de leurs revenus (due à l'absence de public et au départ de certains sponsors, notamment). Flushing Meadows avait ainsi dû baisser de plusieurs millions sa dotation, offrant « seulement » 53,4 millions de dollars (45,4 millions d'euros) aux joueurs. Mais cette année, avec les matches pouvant être joués dans des stades à pleine capacité, les organisateurs de l'US tablent sur « une année historique » pour le tournoi, qui se traduit dans les chiffres. Moins d'argent à l'arrivée, plus d'argent au départ Au-delà du montant de la dotation, c'est aussi sur sa répartition que les organisateurs ont décidé de travailler. En Grand Chelem, le prize money bénéficie plus largement aux vainqueurs, et aux joueurs qui atteignent le dernier carré, qu'à ceux qui s'arrêtent dès le premier tour. Alors, à l'image des autres rendez-vous du calendrier, comme Roland-Garros qui adopte une démarche solidaire depuis l'année dernière, le Majeur américain a décidé de mieux répartir ses gains. « Nous avons décidé des dotations de chaque tour après avoir dialogué avec les joueurs, ainsi que les dirigeants de l'ATP (circuit masculin) et de la WTA (circuit féminin) », explique Stacey Allaster, la directrice du tournoi. Les joueurs ont ainsi accepté une baisse du prize money pour le vainqueur, le finaliste et les demi-finalistes, pour que les dotations des quatre premiers tours puissent être augmentées. Le gagnant en simple remportera ainsi 2,5 millions de dollars (2,13 millions d'euros), contre 3 millions de dollars (2,55 millions d'euros) en 2020. En cas de défaite au premier tour en simple, un joueur - ou une joueuse, les dotations étant les mêmes pour les tableaux masculin et féminin - empochera donc 75 000 dollars (64 000 euros environ), contre 61 000 dollars (52 000 euros) l'an passé. Stacey Allaster a tenu à saluer « la démarche collective des joueurs et des instances dirigeantes » qui a amené le prize money « à bénéficier au plus grand nombre de joueurs ».

6 millions de dollars pour les qualifications Et cette démarche a aussi permis de revaloriser les dotations des qualifications. Après le fiasco de 2020, qui avait vu celles de Flushing Meadows être annulées et plusieurs joueurs protester contre l'amputation de leurs revenus qui en découlait, les organisateurs du tournoi ont montré qu'ils avaient pris conscience de l'importance de ces matches préliminaires. Avec pratiquement 6 millions de dollars (5,1 millions d'euros) de prize money pour les trois tours des tableaux féminin et masculin, soit une augmentation de 66 % par rapport à 2019, les joueurs passant par les qualifications pourront compter sur des revenus importants. Une défaite au premier tour rapportera ainsi 20 000 dollars (17 000 euros), une somme quasiment équivalente à celle que ces mêmes joueurs, souvent classés entre la 100e et la 250e place mondiale, peuvent gagner en remportant un tournoi Challenger (le circuit secondaire). Échouer au troisième tour, donc aux portes du tableau principal, permettra au joueur ou à la joueuse de remporter 42 000 dollars (35 750 euros). De quoi s'assurer une certaine sécurité financière pour la fin de la saison. Et la meilleure répartition du prize money ne concerne pas que les tournois de simple. L'US Open a aussi annoncé une revalorisation de la dotation pour les tournois de double (hommes, femmes, mixte). Les gains ont tous été augmentés par rapport à l'an passé, les gagnants se partageant 660 000 dollars (562 000 euros), contre 400 000 dollars (340 000 euros) l'année dernière. Enfin, le tennis fauteuil va également être revalorisé, mais le montant du prize money dédié à la compétition n'a pas été détaillé. En 2020, 350 000 dollars (environ 300 000 euros) étaient alloués au tennis fauteuil sur les 53,4 millions de dollars totaux, soit 0,66 % de la dotation totale. lire aussi Toute l'actualité du tennis

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles