US Open (F) - Finaliste malheureuse à l'US Open, Leylah Fernandez arrive à maturité

·2 min de lecture

La Canadienne de 19 ans Leylah Fernandez, qui a buté sur la dernière marche à l'US Open après un parcours remarquable, a affiché sa maturité et sa solidité tout au long de cette quinzaine. On devrait aussi, comme la gagnante Emma Raducanu, la revoir. Sur le court lors de la cérémonie après la finale de l'US Open, Leylah Fernandez a redemandé le micro après son traditionnel discours. L'instant d'avant, elle avait souri au moment d'expliquer qu'elle reviendrait pour le « bon » trophée et pas le plateau réservé aux finalistes. Mais quand elle a repris la parole, son visage affichait tout son sérieux : « Je veux juste dire que j'espère pouvoir être aussi forte et résiliente que New York l'a été ces 20 dernières années. » lire aussi Raducanu domine Fernandez en finale Ses mots, en cette triste date-anniversaire du 11 septembre, ont particulièrement résonné. Et ont frappé chez une joueuse qui n'était pas née au moment des attentats. « C'est l'une des choses les plus élégantes, les plus empathiques et les plus matures que j'ai vues dans ces instants d'après-match... et elle n'a que 19 ans. Je suis époustouflé », a réagi l'ancien joueur Andy Roddick sur Twitter. La scène résume bien la maturité et l'aplomb qui ont accompagné la Canadienne lors de cette quinzaine. Sans peur et sûre de ses forces dans ce Grand Chelem, où elle a fait tomber trois joueuses du Top 5 mondiale, elle était aussi lucide et juste après son revers en finale. « Je suis quand même déçue. Je pense que je vais porter cette défaite en moi pendant très longtemps. Elle va me motiver à faire mieux à l'entraînement et à la prochaine occasion qui se présentera », expliquait-elle en conférence de presse. Leylah Fernandez « Il y a une chose qui m'a vraiment surprise : plus je suis expressive sur le court, plus j'interagis avec le public et mieux je joue » L'avenir dira si elle aura d'autres opportunités mais, avec ce qu'elle a montré, elle a tout pour y regoûter. La conclusion lui a laissé une pointe d'amertume, qu'il faudra digérer, mais le chemin pour arriver jusqu'en finale lui a apporté un sacré lot de certitudes tant sur le plan du jeu qu'aux niveaux mental et émotionnel. lire aussi « Son talent, c'est sa volonté » Elle s'est aussi découverte dans l'ambiance entraînante et entêtante de l'US Open qui a poussé en sa faveur lors de la finale : « Il y a une chose qui m'a vraiment surprise : plus je suis expressive sur le court, plus j'interagis avec le public et mieux je joue. Quand j'étais plus jeune, j'essayais d'être aussi calme que possible, comme Federer. Je suis heureuse d'avoir découvert je joue mieux quand j'utilise le public à mon avantage. » Elle a donné rendez-vous pour la suite en espérant « que la prochaine saison sera aussi bonne ». À Flushing en tout cas, elle sait qu'elle sera bien accueillie quoiqu'il arrive. lire aussi Le tableau féminin de l'US Open

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles