US Open (H) - Antoine Hoang et Quentin Halys seuls Français à se sortir des qualifications à l'US Open

Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le Français Antoine Hoang s'est extirpé des qualifications vendredi après avoir perdu le premier set 6-0 et sauvé une balle de match (0-6, 7-6 [6], 7-5). Une des seules éclaircies bleues avec la victoire un peu plus tard de Quentin Halys. La foudre a longtemps frappé les Bleus - avant de vraiment suspendre le jeu en raison de conditions trop risquées -, hier lors de la dernière journée des qualifications de l'US Open. Harmony Tan, Maxime Janvier et Enzo Couacaud ont chacun à leur tour perdu leur rencontre. Antoine Hoang semblait suivre le même chemin après avoir lâché le premier set 6-0 face à Mikhail Kukushkin. Mais le Français, qui a dû sauver une balle de match dans le deuxième set, a finalement tout renversé. lire aussi Le tableau de l'US Open Pour connaître l'épilogue de ce duel à suspense, joueurs et coaches ont dû patienter dans les vestiaires pendant plus de trois heures. Le temps que les orages passent dans le ciel de Flushing Meadows et déversent leur torrent de pluie. Le Français et le Kazakh sont revenus sur le court dos à dos (4-4) dans le troisième set et Hoang a su parfaitement maîtriser ce retour au jeu. « Il y est allé, il n'a pas eu peur et il a su temporiser sur les points où il le fallait », résumait son coach Thierry Guardiola à la fin de la baston. Entreprenant en revers, Hoang ne ressemblait plus vraiment au joueur aperçu quelques heures plus tôt. « À la fin du premier, je n'étais vraiment pas dans l'optique de gagner ce match, concédait-il une fois la victoire empochée. J'étais surtout dans l'idée de ne plus dire un mot et d'essayer au moins de me battre pour ne pas être ridicule. » Le 150e mondial a su rester au contact dans le deuxième set, sans pour autant avoir les moyens de faire la différence. Antoine Hoang « C'est le mérite de s'accrocher et je suis content parce que les choses ne sont pas faciles mais quand on arrive à les avoir, ça fait plaisir » Au tie-break, il était même très mal engagé. Jusqu'à cette grossière erreur de Kukushkin sur une volée alors que le court était grand ouvert. Ce point aurait permis au Kazakh de mener 6-3 et de quasiment plier le match. Au lieu de ça, le Français est peu à peu revenu même s'il a dû écarter une balle de match. « J'ai fait un retour au milieu limite boisé et lui a voulu finir trop vite et a fait la faute », en souriait-il. La rencontre était relancée, jusqu'à l'interruption de plusieurs heures qu'Hoang a su bien gérer. Déjà auteur de plusieurs matches à rebondissements en qualifications de Wimbledon, le Français arrive à puiser au fond de lui-même quand il est dos au mur. « Je ne choisis pas les scénarios, j'essaie juste de me battre le mieux possible. Si je pouvais gagner sans me faire peur, ça serait plus agréable et j'aurais plus de fraîcheur physique. À Wimbledon, je m'en sors avec des matches miraculeux mais c'est le mérite de toujours s'accrocher et je suis content parce que les choses ne sont pas faciles mais quand on arrive à les avoir au bout du compte, ça fait plaisir. » Lui avait le visage radieux au moment de sortir du court et de tomber dans les bras de sa petite amie. Il n'avait qu'un seul souhait, ne pas prendre Novak Djokovic au premier tour. Voeu exaucé puisque le tirage au sort lui offrait Marcos Giron, 65e mondial, pour se lancer dans le grand tableau. Et pour le Serbe, c'est le jeune Danois Holger Rune (18 ans) qui en a hérité pour ce qui sera son premier match dans le grand tableau d'un Majeur. Halys : « Un méga soulagement » « J'ai bossé dur ces derniers mois sans avoir forcément les résultats attendus. J'ai commencé l'année, je jouais très bien et je me suis fait enfermer en Australie. C'est une saison bizarre et pourtant je me sens très bien. C'est encore le cas ici, dès que je suis bien préparé, je me sens capable de faire de gros trucs. Donc j'étais frustré et c'est un méga soulagement de m'être qualifié parce que je me sentais vraiment capable de le faire avec mon niveau de jeu. J'ai battu encore un très bon joueur aujourd'hui (vendredi) en deux sets (Ernests Gulbis, 6-4, 7-5). Je suis très content parce que je n'avais pas l'impression d'être vraiment récompensé depuis le début de l'année. Je m'accroche et j'espère que la roue va tourner. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles