US Open (H) - Arthur Rinderknech remporte la première victoire de sa carrière en Grand Chelem à l'US Open

·4 min de lecture

Arthur Rinderknech, mené deux sets à zéro et perclus de crampes à partir du quatrième set, a réussi à décrocher la première victoire en Grand Chelem de sa carrière au premier tour de l'US Open face à Miomir Kecmanovic (6-7 [10], 3-6, 7-5, 6-3, 6-4). Cette victoire-là restera très longtemps dans la mémoire d'Arthur Rinderknech. Parce qu'il est allé au bout de l'effort et de lui-même. Parce qu'il est revenu de loin alors qu'il était mené deux sets à zéro. Et parce que ça restera son premier succès en Grand Chelem. Le Français de 26 ans, qui n'a cessé de progresser depuis plus d'un an, était passé tout près à Wimbledon (une balle de match). Il a su transformer l'essai lors de ce premier tour de l'US Open en matant Miomir Kecmanovic (6-7 [10], 3-6, 7-5, 6-3, 6-4). lire aussi Le tableau hommes de l'US Open Il est tombé par terre après son dernier jeu de service. Submergé par l'émotion et les jambes tétanisées par l'effort. Et quand il a trouvé la force de se relever, il s'est offert un tour d'honneur sur le Court 6 pour saluer les grappes de supporters, français et américains, qui étaient restés jusqu'au bout pour le soutenir. Il a mis ensuite de longues minutes à quitter le terrain de sa première victoire en Majeur, pour savourer et sans doute pour récupérer un peu.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Au moment où le Français a conclu, cela faisait un moment, déjà, qu'il se plaignait de douleurs. Il a fait intervenir un physio (le premier venu sur le court a refusé de le soigner puisque Rinderknech souffrait de crampes) pour tenter de se soulager et est tombé sur le court, la jambe raide, au bout d'une de ses 81 (oui, 81) montées au filet. De moins en moins capable de bouger et de jouer de grands rallyes. Mais de plus en plus dominateur dans le jeu face à un Serbe qui aurait pu conclure l'affaire en trois sets. Arthur Rinderknech « Je sens que j'ai le truc en mains mais je crampe de partout, je m'en sors je ne sais pas comment » C'était sans compter sur la capacité de rebond de l'ancien étudiant de l'université du Texas A & M. Frustré d'avoir perdu le premier set malgré trois occasions en sa faveur, le Français a d'abord plié dans le deuxième acte. Avant de se remobiliser parfaitement dans le troisième. La première fois qu'il a servi pour réduire l'écart au tableau d'affichage, il s'est crispé et a cédé son service blanc. Il est reparti à l'assaut pour prendre sa chance et ça a fini par payer. lire aussi Toute l'actualité de l'US Open La suite a semblé à la fois plus facile et plus dure. Il dominait les débats mais sentait que son physique commençait à couiner. Il a heureusement pu compter sur son service (25 aces), à l'image de sa dernière mise en jeu où il a envoyé quatre premières balles dont un ace et un service gagnant. « Il est pour toi ce match », lui lançait son coach Sébastien Villette dans ces derniers instants. Et le Français a su aller le chercher. « C'était un peu fou, comme l'atmosphère ici, expliquait le Français à propos de ce duel. Pendant la moitié du match, il y avait un show sur le Central, c'était comme jouer à côté d'un concert. À partir du troisième set, je sens que j'ai le truc en main mais j'ai des crampes de partout, je m'en sors, je ne sais pas comment. La victoire au bout du compte est incroyable, je ne sais pas si je m'en rends compte encore, surtout avec la façon dont ça s'est passé. J'ai eu une défaite très dure à Wimbledon même si le match était fantastique. Roland-Garros, ça ne l'a pas encore fait pour moi. Mais c'est clairement pour des moments comme ça que je joue au tennis. »
Halys s'arrête là Issu des qualifications, Quentin Halys a su sauver deux balles de match, sur son service, mais la troisième fut la bonne pour son adversaire Dominik Koepfer au jeu suivant, pour le premier tour de l'US Open lundi (6-4, 3-6, 4-6, 6-3, 6-4). Le natif de Bondy avait disputé une finale Juniors à Flushing Meadows, en 2014, mais n'a pas su faire mieux que cette apparition furtive dans le tableau en pro. Julien Benneteau, en bord de court pour le 5e set, a noté : « Les deux joueurs se sont donnés à fond, c'était dur physiquement mais il n'y a rien à dire sur le dernier jeu. »A. Ban.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles