US Open (H) - Carlos Alcaraz remporte encore un combat en cinq sets et file en quarts de finale de l'US Open

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Deux jours après son exploit face à Stefanos Tsitsipas, le prodige Carlos Alcaraz a encore remporté un match en cinq sets, cette fois contre Peter Gojowczyk (5-7, 6-1, 5-7, 6-2, 6-0). Mais l'Allemand a terminé la rencontre blessé. On s'imaginait déjà évoquer les lendemains d'exploit difficiles à digérer, la fatigue physique et émotionnelle qui aurait eu raison du parcours du jeune prodige. Mais Carlos Alcaraz se relève de tout. Dimanche soir, sur un Grandstand très majoritairement acquis à sa cause - exception faite d'un petit garçon qu'on entendait beugler jusqu'à Brooklyn - l'Espagnol de 18 ans a renversé une rencontre mal engagée face à Peter Gojowczyk (5-7, 6-1, 5-7, 6-2, 6-0). Le voilà en quarts de finale de l'US Open. lire aussi Alcaraz, un crack est né à l'US Open La performance est évidemment à relativiser tant Gojowczyk a terminé la partie diminué. Massé une première fois à la cuisse gauche en milieu de quatrième set, l'Allemand issu des qualifications, épuisé par six matches en douze jours dont deux combats en cinq manches face à Ugo Humbert et Dusan Lajovic, n'était plus qu'un figurant lors des six derniers jeux, disputés histoire de ne pas abandonner. Alcaraz mené deux sets à un et breaké d'entrée de quatrième Avant ça, Alcaraz avait eu le mérite de s'accrocher dans la tempête. Très loin de son niveau observé deux jours plus tôt sur le Ashe face au numéro 3 mondial Stefanos Tsitsipas, qu'il avait battu au tie-break du cinquième set, le 55e mondial - il sera au pire 42e après le Majeur new-yorkais - montrait des signes de fébrilité et d'agacement. En difficulté sur son engagement, perdu sept fois en un peu plus de trois sets, il semblait moins alerte, plus lent dans ses déplacements et pas tout à fait aussi incisif qu'à l'accoutumée en coup droit. lire aussi Le tableau hommes de l'US Open Malgré deux breaks d'avance d'entrée (3-0), il cédait la première manche. Après avoir survolé la deuxième, profitant des très nombreuses fautes directes de son adversaire - 84 (!) sur l'ensemble du match - il retombait dans ses travers et faisait preuve d'impatience à l'échange alors qu'il dominait la plupart des rallyes, jusqu'à être mené deux sets à un, break contre lui d'entrée de quatrième manche. Sous le regard de son entraîneur Juan Carlos Ferrero, il trouvait soudainement un second souffle pour débreaker immédiatement. Malgré une alerte à la cuisse gauche, massée au changement de côté suivant, il prenait définitivement le dessus face à un joueur qui commençait déjà à tirer la langue. 40 minutes plus tard, l'affaire était entendue. Carlos Alcaraz devient ainsi le neuvième plus jeune joueur de l'ère Open à atteindre un quart de finale en Grand Chelem.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles