US Open (H) - Matteo Berrettini s'impose malgré une belle résistance de Corentin Moutet à l'US Open

·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Pas dans un jour phénoménal, l'Italien a dû batailler plus de trois heures pour dompter Corentin Moutet, frondeur et bagarreur, en quatre sets (7-6 [2], 4-6, 6-4, 6-3), jeudi au deuxième tour de l'US Open. Certes, il n'y a pas eu de belle surprise, ni de grand exploit à New York pour Corentin Moutet. Mais le Français a livré un match valeureux, électrique, parsemé de coups fameux, avant de céder sous la puissance et le service du dernier finaliste de Wimbledon, même si cela ne lui suffisait évidemment pas. « Je suis juste déçu d'avoir perdu, c'est tout. J'ai toujours été comme ça, je n'ai jamais changé. Après, il y a des victoires, des défaites, je joue mon jeu je le vis à ma manière et aujourd'hui, je suis déçu d'avoir perdu », résumait-il, sans plus d'envie de s'étendre. Car il y avait peut-être la place. Matteo Berrettini n'a pas été phénoménal dans le jeu, mais l'Italien a pu s'appuyer sur sa mise en jeu, son arme fatale (17 aces au total), ne concédant d'ailleurs aucune balle de break dans les deux derniers sets, après avoir dû en jouer dix sur les deux premières manches. Sous un ciel bleu revenu après le chahut climatique de la veille, le 88e mondial a donc subi la loi de la tête de série numéro 6. Mais l'Italien n'a pas toujours récité, notamment dans le coeur d'un premier set qu'il a joué sans y mettre toujours les formes, avec un placement approximatif et 21 fautes directes au total sur la manche. Une ambiance électrique En face, Moutet avait bien lu la situation. Créatif et récréatif, le Francilien était dans sa filière, avec quelques coups droits chopés singuliers et un petit slice de revers bien rasant. Toujours prompt à défendre sa terre, le finaliste à Doha (2020) faisait jouer le coup de plus et Berrettini s'agaçait, en mettait trop dans ses attaques et galvaudait un premier break à 3-1, avant de devoir balancer cinq obus en premières balles pour écarter trois balles de break contre lui à 5-5. La chance de Moutet était passée dans ce set et l'Italien maîtrisait le jeu décisif grâce à son service. « Je regrette d'avoir eu des occasions et de ne pas les avoir saisies. Sur ces matches-là, on a peu d'occasions et quand on les a, il faut les saisir pour les gagner. Je ne l'ai pas fait et c'est toujours frustrant », reconnaissait d'ailleurs le Français à la sortie lire aussi Les images du chaos provoqué par l'ouragan Ida à New York Mais Moutet, malgré un état peut-être un peu nauséeux en début de deuxième set, repartait au combat. Dans cet habit, le Français était toujours vaillant. Il comblait, comme lors de la première manche, un break de retard en s'arrachant admirablement sur une amortie, pour pousser l'Italien à la faute en smash de revers. C'était parfois un peu décousu, Berrettini manquait un chouia de rigueur, mais Moutet se bagarrait follement, lançait un assaut en service-volée, mettait le finaliste de Wimbledon à cinq mètres de la balle sur un coup droit long de ligne, sortait deux, trois séquences défensives irréelles à 4-4 pour rester dans le match avec fracas et brio et le public en poche. lire aussi Gilles Simon sur les pauses : « Un fonctionnement bête et méchant » Ça devenait électrique. Moutet s'affichait, exprimait sa joie, haussait son niveau de jeu dans l'euphorie. « J'ai toujours pris du plaisir sur le court, c'est pour cela que je fais ça. Sinon, je ferais autre chose », résumait le Français, laconique. Il venait même répondre aux provocations d'un ami restaurateur romain très expressif dans le clan de Berrettini. L'arbitre devait calmer les ardeurs de tout le monde et rappeler à un comportement plus policé. Mais le momentum était clairement français. Et le Transalpin, décidément généreux, lâchait la manche comme une offrande sur deux double-fautes d'affilée à 5-4. Berrettini opportuniste Blessé à la cuisse gauche et forfait pour les JO en juillet dernier, le demi-finaliste de l'US Open 2019 n'était pas super fringant, mais diablement opportuniste. D'entrée de troisième set, il inversait illico le cours des choses et prenait à nouveau le service de Moutet, pour la troisième fois du match... en trois balles de break. Cette fois, le Romain ne gâchait pas, servant costaud jusqu'au bout du set, malgré des coups tirés de la lune par Moutet, comme un rainbow lob ou une demi-volée plein frein. lire aussi Zverev en démonstration face à Ramos Ça sentait la fin de l'histoire. Le Français avait beaucoup donné et il cédait encore d'entrée de quatrième set sa mise en jeu sur un coup droit court croisé bien senti de l'Italien. Il y avait désormais de la frustration chez Moutet, sur un fil à chaque mise en jeu et qui finissait par céder logiquement, non sans avoir écarté le double break jusqu'au bout, pour s'incliner dignement. lire aussi Le tableau de l'US Open (H)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles