US Open (H) - Novak Djokovic domine Jenson Brooksby et se qualifie pour les quarts de l'US Open

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Dans la douleur, Novak Djokovic a poursuivi sa quête de Grand Chelem calendaire à l'US Open. Malmené pendant plus d'un set par Jenson Brooksby, le Serbe a fini par essorer l'Américain (1-6, 6-3, 6-2, 6-2). Novak Djokovic donne parfois l'impression de porter le poids du monde sur ses épaules depuis le début de l'US Open. Sans doute lui-même rattrapé par le vertige de sa quête sur cette quinzaine, un Grand Chelem calendaire et un 21e Majeur. La seule question qui se pose au fil des tours c'est de savoir s'il peut embraser ce destin qu'il s'est lui-même fixé. Contre Jenson Brooksby, il a tenu. Un tour de plus (1-6, 6-3, 6-2, 6-2). Mais l'Américain de 20 ans au jeu crâne et au bras libéré a un temps grignoté les méninges du Serbe qui a montré sa fragilité. lire aussi Le tableau hommes de l'US Open Il y a eu ce premier set que le n°1 mondial a traversé comme un fantôme, malmené par ce grand gars de Sacramento à l'allure dégingandée qui a croqué dans son premier huitième de finale en Grand Chelem comme un gamin s'attaque à un paquet de bonbons. Avec avidité et sans penser aux conséquences. Le 99e mondial - invité sur cet US Open - a avalé tout ce qui bougeait avec un premier break, puis un second face à un Djokovic spectateur et vraiment pas à l'aise dans le jeu. Un vilain « Djokosmash », onze fautes directes contre seulement une pour Brooksby et le vainqueur de Wimbledon se retrouvait mené 1-6 après 29 minutes. Une anomalie.

Un jeu de 20 minutes hallucinant Un petit vent de folie flottait sur le Arthur-Ashe où les spectateurs échangeaient des regards incrédules. Le stade est carrément entré en délire quand, alors que le Serbe semblait avoir repris la main avec un break dès le début du deuxième set (en transe, il criait sa rage de vaincre sur le court), les deux joueurs ont livré un jeu dantesque à 3-1. Vingt minutes hallucinantes, 24 points disputés et un Brooksby qui a réussi le débreak sur sa sixième tentative. Pour en arriver là, l'Américain a tout fait, tout livré, à base de revers cisaillés, de passings, de coups qui ont accroché la ligne. Sans doute en a-t-il donné un peu trop. lire aussi Djokovic : « Un match de haute qualité » Parce qu'après l'orgie, est venue l'indigestion. Provoquée par le bonbon de trop qu'un enfant regarde avec des yeux gourmands tout en sachant que ce n'est pas forcément la meilleure idée. Sur une amortie audacieuse mais sur laquelle Djokovic était présent, Brooksby a une nouvelle fois concédé son service. Le n°1 mondial a lancé un long regard noir en direction de son adversaire, comme pour montrer qui était le patron de ce jeu et de ce court. L'Américain, lui, était de nouveau confronté au problème d'origine avec ce nouveau break de retard. Un public qui n'a pas hésité à soutenir le Serbe Mais sa lutte impitoyable des minutes précédentes a commencé à sérieusement peser sur ses jambes. Moins précis dans ses déplacements, il a fait plus de fautes et, en face, Djokovic a retrouvé de sa vista et un jeu de jambes plus aérien. Le deuxième set bouclé en faveur du n°1 mondial, la tâche est devenue trop lourde pour Brooksby qui lançait à son clan dans le troisième acte : « Je ne peux plus bouger. » Pas facile de résister plus de deux heures à la montagne Djokovic et le Serbe a irrémédiablement repris la main et siphonné l'énergie restante de l'Américain.

L'issue est devenue inéluctable et l'intervention des soigneurs pour masser la cuisse gauche de Brooksby est venue confirmer l'impression visuelle. Il n'avait plus rien à donner. Djokovic, lui, retrouvera Matteo Berrettini pour la troisième fois de la saison en Grand Chelem. Il a, évidemment, dominé l'Italien les deux premières fois à Roland-Garros et Wimbledon. Il aura les clés s'il domine ses attentes. L'autre bonne nouvelle, c'est le public, hostile au premier tour mais qui a, cette fois, franchement soutenu par moments le Serbe et salué avec joie la poursuite de sa quête.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles