US Open (H) - Stefanos Tsitsipas maîtrise Adrian Mannarino au deuxième tour de l'US Open

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Sous le toit couvert et martelé par la pluie du Arthur-Ashe, Stefanos Tsitsipas a maîtrisé la courte révolte d'Adrian Mannarino et celle du public après une nouvelle pause toilettes (6-3, 6-4, 6-7 [4], 6-0). Cette fois, Stefanos Tsitsipas pensait sans doute avoir trouvé la parade. Quand il a perdu le troisième set face à Adrian Mannarino, le Grec a été fidèle à ce qu'il avait annoncé. Il a repris une pause pour aller se changer dans les vestiaires. Mais il a quitté le court avec un sac en plastique transparent contenant ses affaires et est revenu les mains vides. Sans doute pour écarter les suspicions de triche qui planent sur ses pauses à rallonge. Cette stratégie ne l'a pas empêché d'être accueilli par une volée de huées à son retour sur le Arthur-Ashe plus de six minutes plus tard. lire aussi Le tableau hommes de l'US Open

Ce climat hostile - il a été sifflé sur ses deux premiers points au service juste après - ne l'a pas empêché d'éteindre la révolte du Français qui venait de remporter la troisième manche avec la main très chaude. Ou peut-être que c'est cette pause, justement, qui a inversé de manière aussi efficace la dynamique de la rencontre. Une tornade a balayé le site du tournoi Le 44e joueur mondial a bien tenté de rester focalisé sur le jeu en demandant à l'arbitre de pouvoir envoyer quelques services pendant que son adversaire se changeait. Quand le match a repris, ses intentions et ses initiatives étaient moins percutantes et sa balle avait moins de longueur que lors du troisième set. Tsitsipas s'est régalé et a évacué le Français dans le dernier acte (6-3, 6-4, 6-7 [4], 6-0) aussi sûrement que la tornade a balayé New York au cours de la soirée. Parce qu'avant que le public ne se réveille un peu dans le sillage de Mannarino, on a surtout entendu le martèlement assourdissant de l'averse sous le toit du Arthur-Ashe. Dehors, les éléments se déchaînaient entre la pluie, la foudre et les vents violents. À l'intérieur, les flashes des éclairs étaient visibles malgré la lumière crue de l'éclairage. Et seul le préposé à la sono réussissait à lutter contre le bruit de l'orage en envoyant « It's raining men » à plein volume.

Emporté par la puissance et la lourdeur des frappes de son adversaire, le Français ne parvenait pas à lutter sur les jeux de service adverses (27 aces pour Tsitsipas et une seule balle de break, non convertie, pour Mannarino) et en cédant le sien au début des deux premières manches, il s'était à chaque fois condamné. Le troisième set a été le seul où les deux hommes ont lutté à armes égales avant que Tsitsipas, qui affrontera Carlos Alcaraz au troisième tour, ne reprenne la main. Après eux, Kevin Anderson et Diego Schwartzman allaient finir de s'expliquer. Malgré le toit sur le Louis-Armstrong, leur rencontre avait été interrompue par la pluie qui s'infiltrait jusqu'au court. Le duel entre Angelique Kerber et Anhelina Kalinina, qui devait aussi avoir lieu sur le Arsmtrong, a lui été reporté à jeudi.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles