US Open - Patrick Mouratoglou : « L'US Open ne doit pas devenir le Championnat des États-Unis »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Pour le coach de Serena Williams, de nombreux doutes persistent quant à la tenue de l'US Open. Patrick Mouratoglou redoute notamment que le Grand Chelem se résume à un Championnat des États-Unis. L'US Open est au coeur de toutes les discussions sur la planète tennis. Les joueurs et joueuses se demandent toujours s'ils vont y aller ou pas. La tenue même du Grand Chelem new yorkais (31 août au 13 septembre) est toujours en suspens. Très présent médiatiquement depuis le début du confinement, notamment à travers la création de l'Ultimate Tennis Showdown et de ses règles révolutionnaires, Patrick Mouratoglou est toujours en plein doute quant à l'US Open. Le coach de Serena Williams se demande clairement s'il sera possible pour les acteurs du circuit d'enchaîner tournée américaine et européenne. « S'il y a une quarantaine au retour des États-Unis, cela veut dire qu'il sera impossible de jouer Madrid et Rome. Et s'ils ne peuvent pas jouer ces tournois à cause d'une quarantaine, cela veut dire qu'ils vont rester deux semaines à rien faire dans une chambre d'hôtel juste avant de se lancer dans un Grand Chelem sur terre battue (Roland-Garros). Cela me semble de la folie », a-t-il confié lors d'une interview vidéo. Plus que la situation sanitaire, ce sont vraiment les restrictions de voyage qui inquiètent Mouratoglou. « Je vois que la situation à New York s'arrange de jour en jour. Mais en même temps, je vois qu'il y a énormément de restrictions en ce qui concerne les voyages. Il y a encore beaucoup de questions sans réponse. Pour moi, il y a encore un doute en ce qui concerne l'US Open. Si la Fédération américaine est capable de répondre à toutes ces questions, et je comprends bien que c'est difficile pour eux, alors peut-être que les chances de voir l'US Open se jouer augmenteront. Mais qu'en est-il pour les Sud-Américains ou les Australiens ? L'US Open ne peut pas devenir le championnat des États-Unis, non ? » En effet, il y a fort à parier que la participation des joueurs et joueuses américains sera bien plus importante que le contingent européen, dont de nombreux membres ont déjà évoqué le peu d'envie à aller aux États-Unis. lire aussi L'US Open sans Andreescu ni Osaka ? Ces problèmes de circulation des personnes concernent Mouratoglou au premier plan car il n'est pas certain que Serena Williams, engagée à l'US Open, puisse ensuite aller en Europe. « Serena est dans la même situation que probablement tous ceux qui vont jouer aux États-Unis. Techniquement, je ne sais pas si une joueuse qui a été aux États-Unis, et Serena y vit, peut aller en Europe sans faire face à des restrictions. Encore une fois, tous les joueurs, et pas seulement Serena, attendent une réponse. Serena veut vraiment jouer les tournois européens, mais elle dit savoir si ce sera possible. »