« Mon vélo de A à Z », une solution à la précarité énergétique

« Mon vélo de A à Z », un programme porté par la FUB. (Creative Commons)

Le ministère de la Transition écologique rendait public, le 22 décembre, les lauréats de l'appel à projet sur le dispositif des Certificats d'Économies d'Énergie. « Mon vélo de A à Z », porté par la FUB, a été sélectionné.

Au dernier trimestre 2022, les candidats de l'appel à projets porté par le Ministère de la transition écologique ont travaillé sur le thème suivant : « Accompagner les publics en précarité énergétique. » Après délibération le 22 décembre, un des programmes baptisé « Mon vélo de A à Z », porté par la Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB), a reçu les honneurs. L'objectif de la FUB, « offrir une mobilité à vélo à 15 000 personnes qui sont en situation de précarité. »

lire aussi : La pratique du vélo augmente en France, mais à trop petits pas

Sur mon vélo de A à ZLe programme est pensé de A à Z pour identifier les personnes qui en ont besoin (et pour qui le vélo serait une solution pertinente). Une fois que ses personnes sont identifiées, le programme va proposer un diagnostic personnalisé. Une formation remise en selle, un ensemble de conseils pour bien entretenir la monture et l'attacher, font partie intégrante de la réflexion émise par la FUB. Une fois ces étapes franchies, les bénéficiaires se voient mettre à disposition un vélo adapté à leurs besoins, moyennant une location de 5€/mois.

Pour autant, ces nouveaux cyclistes ne sont pas lâchés dans la nature. Tout au long du programme, ils seront accompagnés par des experts afin que le vélo devienne, pour eux aussi, une évidence.

Le dispositif CEE, c'est quoi ?L'État exige des fournisseurs d'énergie - Engie, Total Énergie, Eni ou encore Bolloré Energy - qui vont permettre la mise en place de programmes afin d'inciter et inviter leurs clients (particuliers, entreprises, administration) à consommer moins d'énergie. Cela passe par des pistes de réflexion que sont : isoler les bâtiments, gérer l'éclairage public mais également de nouveau moyen de déplacement.

lire aussi : Ce qui va se passer pour les cyclistes en 2023

Les fournisseurs d'énergie peuvent piloter (et financer) eux-mêmes leurs programmes. Ils peuvent aussi participer au financement de programmes portés par le ministère de la Transition écologique. S'ils choisissent la deuxième option, leurs investissements entrent dans le dispositif CEE (Certificats d'Économies d'Énergie).

Vélo et dispositif CEE ne font qu'unDe nombreux programmes sont déjà activés depuis plusieurs années. Le baromètre des villes cyclables est un exemple, tout comme le programme OEPV (Objectif Employeur Pro Vélo). GoodWatt, qui met à disposition des employeurs - privés ou publics - une flotte de vélos pendant un mois, est également un programme financé par ce biais. Cette année, le gouvernement y a consacré une enveloppe de 145 millions d'euros.

Précarité énergétique et de mobilité, même combatPour les particuliers, la précarité énergétique est l'impossibilité de pouvoir chauffer correctement son logement à un coût acceptable compte tenu de ses revenus. La précarité de mobilité, c'est donc l'impossibilité de pouvoir se déplacer correctement et ceci à un coût acceptable. L'inflation actuelle sur les prix des transports en commun, des voitures, de l'essence ou encore de l'électricité pourrait permettre un transfert vers une mobilité en pédalant.