Vélo Mag - À 16 ans, il parcourt le Tour de France 2021 en tandem pour le diabète

·4 min de lecture

Diabétique de type 1, Hakaroa Vallée enchaîne les exploits sportifs pour mettre en lumière cette maladie auprès du grand public et briser de nombreux tabous. Ambassadeur Vivons Vélo, l'ado âgé de 16 ans s'attaque à la Grande Boucle en tandem avec l'ultra-cycliste Jean-Luc Perez. « Sommes-nous responsables de l'avenir ? », c'est sur cette explication de texte, extrait de « De la Division du travail social » d'Émile Durkheim (1893), qu'a planché Hakaroa Vallée lors de l'épreuve du bac philo. Un sujet qui tombe à point nommé pour ce jeune lycéen, diagnostiqué diabétique de type 1 à l'âge de 11 ans. Connu pour ses nombreux défis sportifs et pour son engagement auprès des politiciens - les Présidents de la République Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron, de dizaines de ministres et de centaines de députés, etc.-, Haka ne cesse de se battre pour faire tomber les préjugés sur la maladie, tels que la pratique du sport lorsque l'on est diabétique, et l'interdiction d'accès à certains métiers aux personnes atteintes de maladies chroniques comme le diabète.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Si la proposition de loi visant à améliorer l'accès à certaines professions, adoptée le 27 mai par le Sénat à l'unanimité avec le soutien du Gouvernement sonne comme une grande victoire symbolique, Haka entend bien continuer à faire bouger les lignes. « Après mon bac, je souhaite faire une prépa avant de choisir une école d'ingénieur. Certaines sont encore interdites aux diabétiques. Désormais, il y a une deadline avant 2022 pour que les ministères justifient leur interdiction. J'espère que d'ici 5 ans cette évolution sera actée avant que j'entre sur le marché du travail. » lire aussi Montée du Ventoux : les 5 erreurs à éviter En 2019, l'incidence du diabete de type 1 est d'environ 15 cas pour 100 000 enfants de moins de 15 ans, en France, selon la Fédération Française des diabétiques. Depuis 20 ans, le nombre de personnes diabétiques de type 1 progresse de 3 à 4 % par an et apparaît de plus en plus précocement, notamment chez les enfants de moins de 5 ans. Ouvrir les portes à tous les métiers pour les personnes diabétiques n'est pas le premier et le seul cheval de bataille d'Hakaroa. Le sport comme moteur de vie « Je fais du sport depuis l'âge de 4-5 ans, en particulier la course à pied qui est ma passion, raconte-t-il. À l'âge de 9 ans, j'ai accroché mon premier dossard en semi-marathon. Avant que mon diabète se déclare, j'ai participé à de nombreux semis comme ceux de Paris et du Bois de Boulogne. Après, j'ai voulu montrer que la maladie ne m'avait rien volé, et que je pouvais continuer de courir. Mon premier défi fut de tenter la montée de la Força Real à côté de chez mes grands-parents, un sommet des Pyrénées culminant à 510 m d'altitude. Je voulais voir si mes capacités physiques étaient réduites. À la seconde tentative, je l'ai fait en 1 h 10, 10 minutes en dessous de mon record. Je l'ai ensuite gravi à vélo. C'était d'autant plus génial que les deux derniers kilomètres chiffrent à 12 % », lance-t-il fièrement du haut de son mètre soixante-douze pour 55 kilos. Depuis ce jour-là, le jeune Putéolien enchaîne les défis. lire aussi Le Ventoux sur une jambe Quinze mois après son diabète déclaré, il participe, en novembre 2016, au Téléthon. Il court 80 km en 24 heures sur le stade de l'île de Puteaux. En 2017, lors de la No Finish Line à Paris, il parcourt 101 km. L'édition suivante, en mai 2018, il réalise 5 semi-marathons en 5 jours. En juillet de cette même année, il se lance dans un challenge encore plus fou : la traversée de la France en 42 jours, en alternant course à pied et vélo. « Je suis parti le 2 juillet de Dunkerque, à la frontière belge, pour arriver le 12 août à côté de Perpignan à la limite de l'Espagne. » Cet ado, au caractère bien trempé, ne cesse de repousser ses limites.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Vendredi 25 juin, Haka s'attaque au Tour de France et parcourra les 3 383 kilomètres de l'édition 2021. Il s'élancera donc sur la Grande Boucle de Brest, la veille du passage des coureurs professionnels, en tandem avec son coéquipier Jean-Luc Perez, spécialiste d'ultracyclisme, épreuves de très longue distance. Arrivera-t-il à réaliser cet exploit et à rejoindre Paris le 18 juillet ? Une chose est sûre, sa force de caractère, il la puise dans le sport. Sport et diabète c'est compatible Si le V de son maillot, qu'il portera lors de ce TDF, symbolise son partenariat avec Vivons Vélo, communauté vélo-santé accompagnée par Ag2r La Mondiale, pour lui, ce V représente aussi celui de la volonté. L'ambition d'Hakaroa Vallée reste la même : continuer de démontrer et de prouver que le sport, en particulier la pratique du cyclisme, aide à stabiliser la glycémie et à diminuer les doses d'insuline nécessaires. « Les activités dites d'endurance, à faible intensité, permettent de dilater les vaisseaux sanguins et de laisser passer plus facilement le sang vers les organes ou les muscles, grands consommateurs de glucose. » explique-t-il. lire aussi Florian Jouanny, le paracycliste mordu de sport qui rêve des Jeux Paralympiques En rééquilibrant ainsi le taux de sucre dans le sang, le vélo permet de réduire les doses nécessaires d'insuline. « Le sport est un extraordinaire médicament pour nous diabétiques. Il devrait être recommandé par les médecins et diabétologues. D'autant plus que, grâce aux nouveaux dispositifs, notamment à la surveillance du glucose en continu, nous pouvons désormais prendre le contrôle de notre diabète et être libre de faire ce que l'on veut. Sur ma montre, j'ai tous les paramètres : vitesse, puissance, nombre de kilomètres, altitude, fréquence cardiaque, oxygène et en même temps la glycémie. J'ai juste un paramètre de plus à régler, par rapport aux montres de sport connectées classiques, » s'amuse à expliquer Haka, fondateur de l'association Just Did It... « Did » pour diabète insulinodépendant, mais aussi parce que « je ne démontre pas que je le fais mais que je l'ai fait ! » Pédaler pour l'Institut Pasteur À l'occasion de la journée nationale « Vivons Vélo » du 3 juillet, tous les Français sont invités à venir pédaler en faveur de l'Institut Pasteur, que ce soit à l'un des trente rassemblements Vivons Vélo organisés localement ou via l'application.
Seront également mobilisés à cette journée solidaire, les 8 coureurs d'AG2R CITROËN TEAM sur l'étape du Tour de France (Oyonnax/Le Grand-Bornand) et Hakaroa Vallée.
L'ensemble des kilomètres parcourus seront comptabilisés, puis reversés sous forme de dons en fin d'année à l'Institut Pasteur pour soutenir la recherche contre les maladies neurodégénératives.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles