Vélo Mag - Bicycle Day - «Bicycle Day» : le jour où un cycliste a inventé le LSD

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Chaque 19 avril, des personnes aux quatre coins du monde célèbrent le jour où le scientifique suisse Albert Hofmann a découvert, lors d'un voyage à vélo, les effets du LSD. Dans la communauté psychonaute, cette journée a son petit nom : le « Bicycle Day ».

Depuis 2018, l'ONU a arrêté un jour officiel pour célébrer le vélo à travers le monde : le 3 juin, qui est désormais baptisé dans le monde entier « World Bicycle Day ». Pourtant, depuis plusieurs années, certaines personnes célèbrent déjà le vélo à travers le monde à leur manière, à une autre date : le 19 avril. Connue sous le nom de « Bicycle Day », elle commémore le voyage à deux-roues du scientifique suisse Albert Hofmann, en 1945, qui lui a permis de « découvrir »... le LSD.

Diplômé de chimie de l'université de Zurich, Hofmann passe le plus clair de la Seconde Guerre mondiale à travailler au sein de l'entreprise pharmaceutique Sandoz, où il mène des recherches, entre autres, sur les analeptiques. En 1938, il parvient à synthétiser, avec son collègue Arthur Stoll, le LSD, à partir d'un champignon, sans encore lui déceler ses capacités psychédéliques.

Ce n'est que cinq ans plus tard, lors d'une expérience, qu'il entre en contact avec des émanations de diéthyllysergamide, le nom scientifique du psychostimulant, et ressent pour la première fois ses effets, sous la forme d'étourdissements passagers.

Un premier trip très coloré
Le phénomène intrigue Hofmann qui, après avoir consulté des médecins pour s'assurer de ne pas mettre en danger sa santé, décide quelques jours plus tard d'ingérer 0,25 milligramme de LSD, avant de rentrer chez lui, à Bâle, à vélo. Le 19 avril 1943, au cours du trajet long de quatre kilomètres, ses sens se troublent, l'anxiété le gagne et il est en proie à des hallucinations : Hofmann vit le tout premier « trip ». Dans ses visions, son voisin devient notamment une sorcière au masque coloré. Arrivé chez lui, il passe un test médical : aucune séquelle, si ce n'est des pupilles particulièrement dilatées.

« Tout ce qui entrait dans mon champ de vision oscillait et était déformé comme dans un miroir tordu. J'avais également le sentiment de ne pas avancer avec le vélo, alors que mon assistante me raconta plus tard que nous roulions en fait très vite », expliquera-t-il a posteriori dans un livre intitulé « LSD, mon enfant problématique ».

« Petit à petit, je pouvais commencer à apprécier les couleurs et jeux de formes sans précédent qui persistaient sous mes yeux fermés. Des images kaléidoscopiques et fantastiques surgissaient devant moi, alternant, variant, s'ouvrant et se fermant en cercles et en spirales, explosant en fontaines colorées, se réarrangeant et s'hybridant elles-mêmes dans un flot constant... »

Ayant pris conscience du potentiel de la substance, il dépose dans la foulée un brevet et son entreprise, Sandoz, commence à commercialiser du LSD, à des fins thérapeutiques. La drogue était notamment utilisée pour mieux comprendre la schizophrénie. Sa création - vite appropriée par la contre-culture américaine et devenue une drogue populaire auprès de la beat generation puis des hippies - échappe ensuite complètement à son contrôle. S'il a toujours déclaré que son usage récréatif était « dangereux », le Bâlois, décédé en 2008 à 102 ans, a toujours défendu en revanche son utilité scientifique et se positionnait en faveur de sa légalisation.

Des journées de célébration aux États-Unis
Cette journée du 19 avril 1943 est passée à la postérité auprès de la communauté « psychonaute » (nom donné aux amateurs de psychotropes), comme le « Bicycle Day », le jour où le vélo a permis une invention hors du commun. Un héritage et un nom qu'on doit à Thomas Roberts, qui a le premier commencé à célébrer l'évènement, en 1985.

« Le vélo était une image plus concrète qu'une structure chimique, éclaire ce professeur de la Northern Illinois University. Et aux États-Unis, il y a un poème qui marque le début de notre révolution en 1775, "Chevauchée de Paul Revere". Pour moi, la chevauchée d'Hofmann est similaire, parce qu'elle marque aussi le début d'une ère. »

lire aussi
Dans l'atelier de Swanee Ravonison, la seule femme artisan cadreuse

Encore aujourd'hui, le « Bicycle Day » est célébré par des journées de musique endiablée, mais aussi, bien sûr, des rassemblements cyclistes. À New York ou à San Francisco, le 77e anniversaire, fêté l'an passé, avait donné lieu à une série de concerts techno. Cette année, encore, malgré le coronavirus, des célébrations sont déjà programmées pour « ceux qui apprécient la culture psychédélique », à Salt Lake City.