Vélo Mag - En quoi consiste l'identification des cycles, qui entre en vigueur en 2021 ?

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

À compter du 1er janvier 2021, le marquage des nouveaux vélos, pour pouvoir les identifier en cas de vol, devient systématique. Une manière pour le gouvernement de lutter contre ce frein au développement du cyclisme en France. Réforme du divorce, modification du calcul des APL, augmentation du Smic : le 1er janvier 2021 apporte, comme chaque année, son lot de changements pour les Français. Les cyclistes sont notamment concernés : la LOM (Loi d'Orientation des Mobilités) vient en effet d'entrer en vigueur : votée en novembre 2019, elle comprend un volet sur le marquage des vélos, destiné à lutter contre les vols. lire aussi The Artist, une nouvelle vie à cause du Covid Le décret en question, « relatif à l'identification des cycles », rend systématique le marquage pour tout vélo neuf, au-dessus de 16 pouces. Concrètement, le texte parle d'apposer sur le cycle « un identifiant attribué par le gestionnaire du fichier national et fourni par un opérateur agréé », qui figurera sur le cadre et sera lisible à moins d'une « dégradation volontaire ». Si les forces de l'ordre retrouvent un vélo dérobé, elles devraient désormais pouvoir remonter plus facilement à son propriétaire. Un fichier national accessible à tous Tous les codes sont conservés dans un même fichier, le « Fichier National Unique des Cycles Identifiés », créé pour l'occasion et comprenant les données personnelles des acheteurs ainsi que la description du vélo. Les forces de l'ordre y auront évidemment directement accès, pour pouvoir restituer les vélos à leurs propriétaires, mais il sera aussi accessible au reste de la population, notamment pour vérifier la légalité d'un achat d'occasion. Pour céder ou vendre un vélo tout en étant en règle, il faudra le déclarer en amont à celui qui s'est chargé du marquage. Pour l'heure, l'identification n'est systématique que pour les vélos neufs et peut même théoriquement être refusée par le propriétaire. Elle n'aura en cela rien à voir avec une carte grise, comme le craignaient certains utilisateurs au moment des discussions sur la loi. Pour les vélos plus anciens, il est toutefois possible de les faire marquer, afin de bénéficier de cette nouvelle protection. Pour cela, il faut passer par un opérateur. En France, plusieurs solutions sont déjà proposées par des sociétés, comme Paravol, Auvray ou Recobike. Depuis 2004, la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB) a mis en place son propre marquage, le Bicycode, pouvant être apposé par 240 magasins à travers le France. Un vélo volé par minute en France Considérée comme un « frein à l'achat » de cycles en France, la lutte contre le vol de vélos est devenue une priorité et faisait partie des principales préoccupations affichées par le Ministère de la Transition écologique, Barbara Pompili en tête. Chaque année, 400 000 vélos sont dérobés en France, soit près d'un vélo par minute. Environ 100 000 d'entre eux sont retrouvés, mais seulement 2 à 3 % reviennent entre les mains de leurs propriétaires, ce que le marquage pourrait en partie résorber.

L'idée de l'identification s'inspire directement du modèle danois, où les vélos sont tous immatriculés depuis 1942. Sur le cadre de chaque cycle est gravé un numéro de série unique et la vente de vélos ne comprenant pas ce marqueur est illégale. La pratique est ancrée dans les moeurs des cyclistes du pays baltique, alors même que le nombre de vélos volés y baisse constamment sur les 25 dernières années : seulement 46 212 vols de vélos ont été déclarés à la police danoise en 2019, contre plus de 110 000 en 1995.