Vélo Mag - Le festival « Tous en Selle » de retour au Grand Rex, le cyclisme sous toutes ses formes

·4 min de lecture

La deuxième édition du festival « Tous en Selle » aura lieu au Grand Rex de Paris les 17 et 18 septembre. Au programme, neuf films célébrant le cyclisme sous toutes ses formes, en présence des réalisateurs.

La rentrée portera bien son nom cette année en annonçant le retour des beaux rendez-vous. Après plusieurs reports imposés par la situation sanitaire, « Tous en Selle », premier festival consacré au film de vélo, reviendra au Grand Rex, à Paris. Les 17 et 18 septembre, ce n'est pas une mais bien deux soirées qui seront consacrées à la célébration par l'image du cyclisme sous toutes ses formes. Neuf films de 7 à 30 min, dans une ambiance que Jacques Benloulou, créateur de l'évènement, promet festive : « On sera là pour passer du bon temps, se détendre après des mois de stress. »

Dans « Velocia », la journaliste Lucy Paltz, s'interroge ainsi sur l'état du cyclisme féminin en France et sur la façon dont il est perçu. En 26 minutes, elle interroge différentes actrices du cyclisme. Pourquoi les coureuses sont-elles moins bien payées que les hommes ? Pourquoi le Tour de France féminin, enfin annoncé, s'est-il tant fait attendre ? Comment les hommes considèrent-ils les femmes cyclistes... ?

Un appel à la reconnaissance
Alors que les thématiques de mobilité urbaine, de sécurité et d'équipements cyclable sont entrées dans le débat public, la « Bike Life » questionne spontanément la place du vélo dans la ville. Évoquée dans un film de la série « Biclou » produite par nos confrères du Parisien, elle désigne un mouvement vraisemblablement né à Baltimore aux États-Unis, quand les plus jeunes, imitant à vélo leurs aînés à moto, se sont mis à « cabrer » et rouler sur la roue arrière, laissant parfois traîner au sol une main nonchalante attestant de leur maîtrise.

lire aussi
Tour de France : comment les fans de cyclisme exploitent Strava

En Angleterre, le mouvement aurait trouvé un renouveau en exprimant une réaction à la violence, derrière le slogan « Bikes Up, Knives down », avant de se propager à toute l'Europe. La « Bike Life », ce sont ces meutes d'adolescents disséminés dans la circulation automobile ou sur les trottoirs, dans une sorte de provocation bon enfant (mais réelle) du Code de la route, qui sonne plus comme un appel à la reconnaissance que comme hostilité.

Kilian Bron parrain de l'événement
Matthias Dandois, virtuose récemment sacré champion du monde de BMX Freestyle flat pour la neuvième fois, sera de la partie. Il présentera un film dévoilant la dimension chorégraphique et artistique de son sport, en partie tourné à l'Opéra Garnier pendant le confinement (d'où son titre « Unlock Down »). Le parrain des deux soirées sera un autre célèbre champion en la personne de Kilian Bron, enduriste de l'extrême, dont les deux films encore au montage promettent images vertigineuses et frissons.

Bien sûr, « Tous en Selle » fait la part belle à ces nouvelles tendances que sont le VAE et le gravel. Edgar Grospiron, ex-champion de ski acrobatique et montagnard avant tout, présentera un film plaidoyer en faveur du VTTAE. Un instrument d'exploration aussi bien que de performance dont, selon lui, la souffrance ne constitue pas une garantie morale.

Le film « Delta of Spirit » s'intéresse quant à lui à l'aventure vécue par les participants de la DAMn (Day Across Minnesota), une course de gravel de 240 miles (386 km) courue de minuit à minuit à travers des pistes tour à tour empoussiérées et boueuses du Minnesota. Mentionnons aussi le film de deux étudiants partis à la rencontre d'entreprises 100 % françaises. Une sorte d'état des lieux transversal du made in France, concernant aussi bien la tech que les artisans ou les cultivateurs.

Des questions/réponses pour clore la soirée
Enfin, c'est une production maison qui viendra clore la soirée. L'édition précédente au Grand Rex avait rapproché des personnalités aussi différentes que Bernard Hinault, Bixente Lizarazu, l'aventurier Steven Le Hyaric et Fabrice Levanier aka Fuego, figure des coursiers parisiens. « Voir ces mecs-là accrocher, c'était trop beau, raconte Jacques Benloulou. Il fallait en faire quelque chose. D'où l'idée de les réunir un week-end au Pays basque, où ils ont monté ensemble ce mur de 6 km qu'est le mont Artzamendi. Ils en ont chié ensemble. Dans le film, Bernard lâche que, même dans le Tour, il n'avait rien monté d'aussi dur. Au final, c'est une leçon d'humilité »

Les 17 et 18 septembre, tous les réalisateurs des films ainsi que leurs protagonistes principaux seront présents sur la scène du Grand Rex pour répondre aux questions du public. Ouverture des portes à 18 heures et début des projections à 20 heures.

lire aussi
Lorànt Deutsch : « Le développement du vélo, c'est dans le sens de l'histoire »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles