Vélo Mag - La gamme des braquets s'élargit pour les juniors

L'Equipe.fr
L’Equipe

La Fédération française de cyclisme vient de lever la limitation du braquet pour les juniors, laquelle n'avait « plus de sens ». De fait, l'évolution des connaissances physiologiques depuis 20 ans est allée de pair avec une extension considérable des braquets disponibles. Il a fallu attendre les années 2000 pour que se popularise une théorie cohérente de la puissance en cyclisme. Mais le débat, qui oppose force et vélocité, est aussi vieux que le sport cycliste. Pour progresser et rouler vite, faut-il privilégier l'élévation de la cadence ou la force pure ? En d'autres termes, vaut-il mieux « tourner les jambes » ou « tirer gros » ? Même si la bonne réponse est du type « les deux, mon capitaine », on s'est toujours à peu près entendu sur la nécessité d'acquérir d'abord la cadence, avant d'allonger le braquet. Et si l'on admira longtemps les champions pour leur capacité à enrouler le gros plateau, les éducateurs ont toujours veillé à préserver les plus jeunes d'un usage prématuré du braquet. VTT : les conseils pour réussir la conception d'un vélo De fait, les minimes et les cadets restent soumis à une limitation du braquet maximum : respectivement 46x14 et 50x14. Quant aux juniors, ils ne devaient pas dépasser 7,93 m par tour de pédale, soit 52x14, mais la Fédération française de cyclisme (FFC) vient de supprimer ce plafond et l'UCI en fera de même dès 2021.
Cette décision marque l'aboutissement d'une double évolution : une meilleure connaissance des cadences optimales, liée aux progrès de la physiologie sportive aussi bien qu'à l'apparition du VTT; et une considérable extension de la plage des braquets disponibles liée au développement de l'industrie du cycle. Il suffit de visionner des images. Quelques décennies derrière nous, le regretté Raymond Poulidor, mais encore Bernard Hinault ou Laurent Fignon et même encore les cadors des années 1990, escaladaient les cols en piochant sur des braquets énormes. Approximativement, en trente ans, la cadence de pédalage en col est passée de 65 à 85, 90 par minute (parfois plus). La gamme des braquets disponibles était restreinte. Au début des années 1980, la cassette ne comprenait que six pignons, et le plus petit plateau comptait 42 dents. Les coureurs escaladaient les pires cols avec 42x24, soit environ 3,69 m. Le plateau de 39 dents n'étant apparut qu'en 1985. Le nombre des pignons de la cassette augmenta au fil du temps et d'une course-poursuite entre Campagnolo et Shimano (7, 8, 9, 10, 11 et désormais 12 vitesses) et avec lui, la plage des braquets disponibles. Cette évolution doit beaucoup au VTT, et a contribué à élargir le registre du cyclisme : à la route et au VTT, il faut désormais ajouter le Gravel ou l'Ultradistance, disciplines inconcevables avec des braquets « à l'ancienne ». Apprenez à dévoiler une roue de vélo Au-delà d'une cassette à 12 pignons, l'américain SRAM propose avec sa gamme AXS une approche renouvelée de la gamme des braquets. Un pignon de départ à 10 dents, et un écart réduit entre les tailles des plateaux. Ainsi, les combinaison inédites : un pédalier 50-37, 48-35 ou 46-33 s'associent aux cassettes 10-26, 10-28 ou 10-33 et couvrent des plages très larges. En effet, le braquet max, 50x10, est l'équivalent exact de 55x11 soit 10,55 m : les pros eux-mêmes n'en usent qu'en descente, vent de dos ou au sprint. Avec le pédalier 46-33, ce plus petit braquet devient 33x33, soit 2,11 m : un tour de roue pour un tour de pédalier. Enfin, pour le Gravel, une option monoplateau est possible, qui moyennant le montage d'un dérailleur Eagle (VTT) permet d'utiliser une cassette 10-42 ou 10-50, et d'obtenir des rapports inférieurs à 1/1. Par exemple : 442x50 fait parcourir 1,77 par tour de pédale. De quoi « tourner les jambes » en toute circonstance. Voire, bel et bien grimper aux arbres. Qu'est-ce qu'un braquet et comment se calcule-t-il? Le braquet se définit comme la distance parcourue en un tour complet du pédalier. Elle s'obtient en divisant le nombre de dents du plateau par le nombre de dents du pignon, puis en multipliant le quotient par la circonférence de la roue (distance au sol par tour de roue). Par exemple, la circonférence d'une roue de 700 chaussée d'un pneu de 23 mm est de 2,11 m. Un braquet de 42x24 donnera : (42/24) x 2,11 = 3, 6925 m

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi