Vélo Mag - Comment Lego s'est emparé du vélo

·3 min de lecture

Longtemps dénuées de toutes pistes cyclables, les célèbres boîtes de briques Lego se sont enfin intéressées au vélo ces dernières années, sous l'impulsion d'internautes particulièrement déterminés. Plus grand fabricant de jouets au monde depuis plusieurs années, Lego est devenu plus qu'une marque : un nom passé dans le langage courant, dont les déclinaisons sont scrutées et attendues. Récemment, les fans se sont réjouis de voir arriver en France des adaptations en briques de Discovery, la célèbre navette de la NASA, du Burj Khalifa, le gratte-ciel émirati, ou, pour les plus jeunes, de la maison de Winnie l'Ourson. Dans cette gamme très diverse de produits, le vélo a pendant longtemps été un absent de marque. Jusqu'à l'initiative de Marcel Steeman, qui est allé secouer la firme danoise avec une question très simple : « Où sont les pistes cyclables chez Lego ? »

Plus de piste cyclable depuis 20 ans Depuis des années, l'une des séries de briques les plus connues de Lego est celle dédiée à la ville, avec ses routes, ses petites maisons et ses passages piétons. Pourtant, malgré la place grandissante de la bicyclette dans notre société, pas de piste cyclable à l'horizon. Dans les années 1980 et 1990, sur certaines portions de routes, une fine ligne verte laissait penser à une voie réservée aux vélos... Jusqu'à ce qu'elle disparaisse sur des éditions plus récentes. C'est ce constat qui a intrigué Marcel Steeman. Ce conseiller régional aux Pays-Bas, dans la région d'Hollande du Nord, cycliste averti travaillant régulièrement sur les questions de mobilité urbaine, a déposé en 2019 une suggestion dans la rubrique « Idées » du site Internet de Lego. Lancée en 2008, cette section permet aux utilisateurs d'envoyer leur proposition aux bureaux basés à Billund pour une éventuelle production par la suite. Parmi la trentaine de suggestions ayant vu le jour au fil des ans : des sets dédiés au dessin animé Wall-E, à la série Big Bang Theory, ou à la paléontologie.

Le soutien des « brico-militants » La proposition de Steeman est simple : des nouveaux modèles de plaques de route comprenant de larges pistes cyclables bleues et blanches, comme on en trouve sur beaucoup de chaussées européennes. Son idée est, à plusieurs reprises, retoquée par le fabricant de jouets. « J'ai essayé de la proposer plusieurs fois. Parfois elle était rejetée sans raison, une autre fois parce qu'on a considéré que c'était juste une publication politique », expliquait-il au média américain The Verge.

Elle attire pourtant la curiosité de plusieurs internautes, qui la partagent massivement, et finit par parvenir aux oreilles de Marco te Brömmelstroet, professeur d'urbanisme pesant plusieurs milliers de followers sur Twitter. Dans une série de messages, le « Cycling professor » a questionné le design des routes Lego et proposé des alternatives à la marque. Quelques semaines plus tard, la dernière rue commerçante Lego, affublée du n°60306 contenait une étroite bande cyclable azur, un gravel bike et un vélo cargo. Sans que la paternité ne soit reconnue à un des deux hommes. « J'en parlais depuis si longtemps que je devais bien finir par l'acheter », s'est réjoui Steeman sur Twitter, avec la dernière boîte Lego City dans les mains pour son fils. Ce premier pas de Lego vers les cyclistes a été apprécié, mais a surtout conforté ces « brico-militants » dans leurs convictions. Dans la boîte à idées, une nouvelle suggestion a été déposée, avec des pistes cyclables plus larges et des arceaux pour ranger ses deux-roues. lire aussi Toute l'actualité de Vélo Mag

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles