Vélo Mag - Mont Ventoux : 4 semaines d'entraînement pour optimiser son ascension

·4 min de lecture

Grimper le Mont Ventoux, ça se prépare ! Comme pour les autres cols mythiques, son ascension n'est pas une épreuve facile. Elle demande une condition physique optimale et un entraînement spécifique. Découvrez comment bien la préparer avec David Giraud, entraîneur de l'équipe cycliste AG2R Citroën. « Le Mont Ventoux est peut-être la montée la plus dure de France. Non pas dans le sens où son ascension est très pentue (7,5 % en moyenne), mais parce que les conditions météo, la chaleur étouffante au pied du col et le vent au sommet viennent s'ajouter à la difficulté. Ces éléments la rendent beaucoup plus rude physiquement et psychologiquement. » Si varier les séances et travailler un grand nombre de qualités différentes peuvent être un choix d'entraînement permettant de progresser, David Giraud préfère proposer un programme s'inspirant de ce qui se fait avec les cyclistes compétiteurs. C'est-à-dire travailler en mésocycle thématique en vue d'un objectif précis : grimper le Mont Ventoux. Quelles qualités faut-il développer en montagne ? « Sachez que nous ne regardons pas simplement chez un grimpeur sa puissance en watt. Ce qui nous intéresse aussi, c'est le rapport entre son poids et sa puissance, en d'autres termes les watts par kilo », explique l'entraîneur de l'équipe cycliste AG2R Citroën. Contrairement à la plaine, en montagne la gravité demeure la résistance principale. Partant de ce principe, un coureur léger aura logiquement moins de gravité à combattre qu'un cycliste plus lourd. lire aussi Montée du Ventoux : les 5 grandes erreurs à éviter Arrive ensuite la puissance qui équivaut à la vitesse fois la force (vitesse x force). «En ce qui concerne la puissance, plus la pente à gravir sera importante plus la composante force prend de l'importance. Pour la travailler, on diminue la cadence à une intensité choisie, par exemple entre 50 et 60 tours par minute en fonction de la thématique. En montant les bosses ainsi, on se concentre sur la production force du pédalage. Vous devez rester assis, dans une position similaire à celle que vous utiliserez pendant la montée du Mont Ventoux. Que vous choisissiez d'avoir les mains en haut, au cocotte comme on aime à le dire, ou proche de la potence, le haut du corps doit demeurer relâché afin d'éviter tout mouvement parasite pour ne pas créer de dépense énergétique supplémentaire. L'une des difficultés de cet exercice réside dans la dissociation du haut et du bas du corps, tout en maintenant une cadence de pédalage élevée.» lire aussi Le Ventoux sur une jambe Vient ensuite une autre composante primordiale : le seuil. Il s'agit de la capacité à maintenir une intensité proche de celle de la VO2Max (le volume d'oxygène maximal que le corps consomme lors d'un effort intense par unité de temps) pendant de longues minutes. « Ici, l'idée se résume à être le plus proche possible de ce seuil pendant 1h20 à 2h d'ascension du Mont Ventoux. D'où l'intérêt de travailler à l'entraînement ce que l'on appelle les intensités soutenues et celles proches du seuil. »

Privilégiez la force d'endurance et la résistance aérobie Si l'endurance aérobie reste le fil rouge dans la préparation, lors de ces quatre dernières semaines d'entraînement, vous devrez donc privilégier le travail de deux qualités « facteurs de performance » : la force endurance et les qualités de maintien d'allure. « Elles correspondent à votre capacité à maintenir des niveaux élevés de force et un niveau d'intensité élevé sur plusieurs dizaines de minutes, » rappelle David. Ainsi, à la séance longue de 3h30 à 5h par semaine pour développer et maintenir votre capacité aérobie, -qualité essentielle pour "durer" mais également pour être capable d'encaisser et de répéter les efforts intensifs au sein d'une séance spécifique ou même d'une compétition- vous ciblerez les intensités dites de "rythme" (zone 3) et de "seuil" (zone 4) puisque l'essentiel de l'ascension du Géant de Provence, si elle est optimisée, sera réalisée entre ces 2 zones. Structurez votre programme d'entraînement Traditionnellement le modèle 3/1 est très utilisé car il garantit de bons résultats. Il s'agit d'enchaîner 3 séances et 1 jour de repos, ou alors 3 semaines de travail et 1 semaine de relâche. Pour assurer et arriver en bonne condition le jour J, David Giraud recommande sur ces 4 semaines : « 3 semaines de travail progressif et 1 semaine de relâche sans forcément réduire le nombre de séances mais plutôt d'enchaîner des petites sessions légères afin de bien récupérer et d'arriver au pied du Mont Ventoux avec de la fraîcheur à la fois physique et mentale. Parce que le jour du Ventoux, il faut être à la fois fort physiquement mais aussi mentalement. » Le programme concocté ci-dessous par l'ancien Directeur du Pôle Espoir d'Excellence Cyclisme de Guéret, offre une certaine liberté d'organisation afin que vous puissiez l'adapter à votre emploi du temps et à vos envies. Si certains peuvent choisir d'effectuer 3 séances de 1h30, d'autres auront la possibilité de cumuler près de 5 séances et 10-12h de vélo dans la semaine. Respectez quelques règles élémentaires Si vous voulez en tirer les meilleurs bénéfices et prévenir les blessures, suivez ces basiques : 1. Veillez à toujours laisser au moins un jour de récupération (récupération active ou repos complet) entre deux séances de travail intensif. Idéalement, si vous réalisez deux séances sur le même thème, espacez-les au maximum dans votre semaine en tenant compte du programme de la semaine suivante. 2. Si vous enchaînez plusieurs séances faites-les dans cet ordre : séance d'intensité avant séance de force, avant séance de récupération, de vélocité ou d'endurance 3. Évitez d'enchaîner des séances spécifiques sur plus de 3 jours ainsi que plus de 4 jours sans journée de repos. 4. Échauffez-vous avant de commencer votre travail. Pour cela, accélérez progressivement sur les 20-30 premières minutes de votre entraînement pour balayer les zones 1 à 3 et même passez quelques dizaines de secondes en zone 4. Terminez votre échauffement par un petit sprint assis de 10" puis quelques minutes de récupération. 5. Accordez-vous systématiquement un retour au calme dégressif en zone 2 puis 1 en fin de séance. Vous optimiserez ainsi votre récupération et faciliterez votre endormissement si vous roulez en soirée. Vivons Vélo Première communauté de vélo-santé en France avec plus de 300k membres, Vivons Vélo a pour but d'inciter le plus grand nombre à pratiquer le cyclisme, quel que soit son niveau et sa motivation. L'application mobile, entièrement gratuite, permet de faire du vélo, seul ou en équipe, de suivre un des 4 500 parcours disponibles et de partager ses performances sportives. Chaque kilomètre parcouru via l'application est également converti en don à l'Institut Pasteur pour soutenir la recherche contre les maladies neurodégénératives.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles