"Quand il va au sport, il rigole, il sourit" : les bienfaits de la pratique sportive face à l'autisme

Alexandra Lopez
·1 min de lecture

Lever les bras. Se laver les mains. Des actions anodines mais souvent impossibles à réaliser pour un autiste qui présente des problèmes moteurs. La pratique du sport est un levier important pour permettre, à force de persévérance, de rendre ces actions de tous les jours plus abordables. Un petit geste mais une grande victoire pour les personnes atteintes d’autisme. "Je prends des vidéos à chaque séance. De la première où j'essaie de l'accrocher sur une prise à maintenant, où il y va seul avec la corde et il touche le plafond", se réjouit Thouraya. Son fils Mazen, huit ans, a fait de nets progrès depuis qu'il s'est mis à l'escalade.

En France, environ 700 000 personnes sont atteintes de troubles du spectre autistique (TSA). Ces troubles, considérés comme un handicap depuis 1996, sont le résultat d'anomalies du neurodéveloppement et apparaissent généralement avant l’âge de trois ans.

Si toutes les situations sont différentes, les TSA se manifestent habituellement par des altérations au niveau des interactions sociales, des problèmes de communication, des troubles du comportement et des réactions sensorielles particulières. L’autisme ne se soigne pas mais une prise en charge adaptée à la personne permet d’améliorer ses conditions de vie et de mieux l’intégrer au monde qui...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi