Vainqueur de la Sampdoria Gênes, Naples reprend sa marche en avant

Auteur de son dixième but en Serie A, Osimhen a ouvert la voie au succès napolitain. (A. Cannavacciuolo/IPP)

Battu il y a quatre jours par l'Inter Milan (0-1), Naples a retrouvé le chemin du succès sur la pelouse de la Sampdoria Gênes ce dimanche (2-0) et conforte sa place de leader.

« Désormais Marassi (le quartier de Gênes où se situe le stade Luigi-Ferraris) doit devenir notre forteresse », avait exhorté Dejan Stankovic, l'entraîneur de la Sampdoria, 18e de Serie A, avant de recevoir le leader napolitain, ce dimanche, dans le cadre de la 17e journée du Championnat d'Italie.

Quatre jours après avoir remporté un précieux succès sur la pelouse de Sassuolo (2-1), le technicien serbe espérait enfin décrocher une première victoire à domicile cette saison (2 nuls, 6 défaites) dans ce match-hommage à Gianluca Vialli, disparu vendredi à 58 ans, vaincu par un cancer du pancréas.

lire aussi : L'hommage émouvant de la Sampdoria Gênes à Gianluca Vialli

Mais, dans un stade Luigi-Ferraris arrosé par une pluie battante, la rencontre a viré au cauchemar pour la Sampdoria face à des Napolitains qui devaient réagir après avoir concédé leur première défaite de la saison en Serie A contre l'Inter Milan (0-1).

Osimhen en mode ZorroÀ la deuxième minute, après un contact dans la surface génoise, Anguissa, victime d'une semelle de Murru sur la cheville gauche, restait au sol. Appelé par consultation du VAR, M. Abisso accordait un penalty au Napoli.

Mais Politano voyait Audero détourner sur son poteau sa frappe croisée du gauche (5e). Encore à la parade sur une tête d'Osimhen (16e), le gardien de la Sampdoria ne pouvait rien faire trois minutes plus tard sur la reprise du droit de l'attaquant nigérian, pas franchement gêné par son masque de protection, lui donnant des allures de Zorro. Jaillissant devant Murru pour reprendre un centre de Mario Rui, Osimhen inscrivait son 10e but de la saison en Serie A (19e).

lire aussi : Le film du match Sampdoria Gênes - Naples

Déjà ardue, la mission de la formation de Stankovic devenait encore plus compliquée à la 38e minute quand Rincon, coupable d'avoir séché Osimhen qui filait au but, était sanctionné d'un carton rouge direct.

En supériorité numérique, les Napolitains confisquaient le ballon à leurs adversaires et contrôlaient les débats. Après plusieurs occasions signées Kvaratskhelia (45e+2), Lobotka (65e), Lozano (70e) ou Ndombele (73e), les Napolitains faisaient le break en fin de match sur penalty, accordé après une nouvelle intervention du VAR invitant l'arbitre à sanctionner une main de Vieira. Elmas transformait la sentence en force du droit (82e).