Pas de vainqueur et trois expulsions dans un derby sévillan explosif entre le Betis et le Séville FC

La rage de Nabil Fekir après son expulsion sévère. (J. Corchero/Presse Sports)

Dans un derby marqué par trois expulsions, le Betis et le Séville FC se sont neutralisés (1-1) dimanche. Jesus Navas a ouvert le score contre son camp avant que Gudelj n'offre le nul aux siens en toute fin de match.

Les derbys sévillans sont souvent explosifs, celui-ci n'a pas dérogé à la règle. Les bouillants supporters du stade Benito-Villamarin ont eu le droit à une rencontre très ouverte et surtout riche en émotions. Malgré de nombreuses occasions et surtout de gros manqués, la rencontre s'est réellement débloquée après la demi-heure de jeu avec l'exclusion de Montiel. L'Argentin s'est laissé emporter et s'est fait logiquement expulser pour un tacle au niveau du genou (38e).


lire aussi

Toute l'actualité de la Liga

En supériorité numérique, le Betis en a profité pour ouvrir le score. Sur un coup de billard, le pauvre Jesus Navas, entré en jeu deux minutes plus tôt, a vu le ballon rebondir sur sa cuisse et finir sa course dans la lucarne de Bono, pas irréprochable sur l'action (45e).

Mais à peine quelques minutes plus tard, c'est le Betis qui s'est retrouvé à 10. Fekir, sur une protection de balle, a laissé traîner son coude et après visionnage du VAR, l'arbitre a décidé d'exclure l'ancien Lyonnais (45e+3). Une exclusion sévère qui a provoqué la colère du Français et renvoyé les deux équipes au vestiaire à 10 contre 10.


Le Séville FC sort de la zone de relégation

L'intensité n'est pas retombée après la pause et c'est Borja Iglesias qui en a fait les frais. Le buteur, pas habitué au travail défensif, a lui aussi été expulsé pour une semelle involontaire mais absolument pas maîtrisée (49e). Avec 40 minutes à 10 contre 9, le Séville FC a poussé et s'est longtemps cassé les dents sur la défense héroïque du Betis.


lire aussi

Le classement de la Liga

Mais un exploit individuel, celui de Nemanja Gudelj, a changé la donne. Le défenseur serbe a armé une frappe limpide de 25 mètres qui a transpercé la lucarne de Claudio Bravo, impuissant (82e). Avec cette égalisation, les joueurs de Jorge Sampaoli sortent de la zone de relégation et se hissent à la 17e place. Le Betis rate quant à lui le coche pour monter sur le podium et reste quatrième, avec le même nombre de points que l'Atlético.