Vendée Globe : Alan Roura, le benjamin globe-trotter est à l'heure suisse

Eric Cintas
·1 min de lecture

Un Suisse sur le Vendée c’est plutôt original, pourquoi venir des montagnes affronter les océans ?
Alan Roura : "Je ne suis pas le premier marin suisse, on est plutôt proche de l’océan avec notre petit lac de Genève sur lequel ça navigue tous les jours, on a une attirance et un esprit maritime récurrent en suisse. Avant moi, Dominique Wavre et Bernard Stamm ont pris le départ des Sables. J’ai engrangé beaucoup d’expérience avec Bernard. On ne s’est pas beaucoup vu, mais il m’a vraiment conseillé, ça m’a permis de relativiser sur pas mal de choses, comme être dur sur l’océan et il a raison. En plus j’ai terminé mon premier Vendée (12e) sur le bateau qu’il avait construit en 2000, forcément ça crée des liens. Il y a beaucoup de marins suisses qui voyagent car on aime ça. Certains ont de l’argent c’est vrai, moi pas vraiment. Mais je pense qu’on a souvent envie de partir de chez nous. J’ai passé plus de temps à voyager autour du monde qu’à rester en Suisse, ça m’a donné le goût du large. Sur un petit bateau de 13 mètres c’est l’école de la vie, c’est ce qui me permet d’être là."...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi