Vendée Globe - Clarisse Cremer: "Une chance de partir"

Gael Robic
·1 min de lecture

Clarisse, quand on découvre le Vendée Globe, on appréhende le cérémonial de départ. Cette année, à huis clos, ce sera encore plus particulier?
Clarisse Cremer : "Personnellement, je n'ai pas d'élément de comparaison. C'est déjà une chance de partir. On ne va pas s'apitoyer. Le côté festif était déjà absent cet été sur la Vendée Arctique. Je me concentre sur le fait que c'est déjà inespéré de partir. J'ai pris ce confinement comme des vacances. J'ai révisé mes petites notes, jeté un œil sur la météo, et vérifié que je n'avais rien oublié ! J'espère quand même me faire un "petit" chenal à l'arrivée !"

Pas simple de préparer un tour du monde en moins de deux ans, surtout dans les conditions actuelles...
CC : "18 mois, c'est un peu court ! Je n'aurais jamais imaginé prendre le départ avec aussi peu d'expérience en solitaire, mais c'est comme ça. Malgré tout, je suis contente, j'ai atteint les objectifs fixés. Et puis je vais apprendre plein de choses ! Je suis un peu stressée, et en même temps exceptionnellement détendue... Je ne me marre pas tout le temps ! Je vais déchanter à un moment !"

L'objectif : terminer...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi