Vendée Globe : Jean Le Cam, le "Tonton flingueur" des mers

Pierre Godon
·1 min de lecture

"C'est un vrai marin dans l'âme, pour le fun et pour la gagne. Allez Jean, le roi Jean, palmarès impressionnant, tu traverses les océans toujours porté par le vent." Voilà le refrain de Yes We Cam, une chanson du musicien breton Alan Bleuzen composée il y a quatre ans, à la gloire de Jean Le Cam, désormais héros du Vendée Globe 2020. "Je n'ai pas mis longtemps à l'écrire, il y avait beaucoup à dire", sourit cet habitué des fest-noz, qui voulait offrir une ode au "roi Jean". "Beaucoup de marins ont la leur, ça manquait au personnage", précise-t-il.

Et que le Top 50 soit prévenu, une suite est en préparation après la course exceptionnelle du doyen de l'épreuve. "Ça commence comme ça : 'Le cinquième Vendée de Jean, le plus beau, le plus grand..." Retour (sans rimes) sur la carrière du marin qui crève l'écran de cette course à la voile autour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance.

Il y en a qui entrent dans le monde de la voile sur la pointe des pieds. Et il y a Jean Le Cam. Bien connu des navigateurs qui s'entraînent en baie de Concarneau (Finistère), le gamin débarque sur la Solitaire du Figaro en 1978, à 19 ans, alors qu'il est officiellement en train de passer son bac pour la troisième fois, en candidat libre. Budget riquiqui, bateau prêté par un chantier naval du coin (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi