Vendée Globe : l'appréhension des skippers au moment de traverser la dépression tropicale Thêta

Hortense Leblanc
·1 min de lecture

Des rafales de vent à plus de 50 noeuds (une centaine de kilomètres par heure), et des vagues de six mètres de haut, voilà ce qui attend les skippers du Vendée Globe dans les heures à venir. Face à eux se dresse la tempête Thêta, une dépression tropicale, au large des Açores, qui grossit depuis plusieurs jours. Si les leaders Alex Thomson et Jean Le Cam, suivis de Nicolas Troussel ont choisi de la défier en son coeur, le chemin le plus direct, Thomas Ruyant, Kevin Escoffier, et Charlie Dalin la contournent par l’ouest. "La mer est démontée, c’est un peu le chaudron. Il n’est pas question d’aller au centre de la dépression car il y a 60 noeuds dans les rafales", justifie Thomas Ruyant (LinkedOut) sur Twitter.

Il sera imité par Manuel Cousin, qui participe pour la première fois au Vendée Globe, et se trouve à près de 300 noeuds (environ 550 km) du leader: "On va bien faire attention à la contourner de loin, parce qu’elle a l’air bien méchante". Au contraire, Sébastien Simon, actuel quinzième de la course, s’apprête à affronter sa première tempête tropicale en plein coeur, pour favoriser les...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi