Vendée Globe : "On ne retiendra que le vainqueur, mais chaque marin aura la satisfaction d'avoir accompli quelque chose d'énorme", confie Yann Eliès

franceinfo
·1 min de lecture

Au dernier pointage, en début d'après-midi lundi 25 janvier, il y avait moins de 50 km d'écart en tête du Vendée Globe entre Charlie Dalin, toujours leader, et Louis Burton, son principal poursuivant. Les quatre marins en tête de la course (Boris Herrmann et Thomas Ruyant, 3e et 4e) devraient franchir la ligne d'arrivée mercredi 27 janvier. Face à ce suspense, le navigateur et consultant de franceinfo Yann Eliès, invité de franceinfo, explique "qu'on sait très bien qu'on ne retiendra que le vainqueur, mais chaque marin aura la satisfaction d'avoir accompli quelque chose d'énorme."

franceinfo : C'est une situation assez incroyable, se retrouver si près des uns des autres après avoir traversé toute la planète. Est-ce que ça veut dire que nous atteignons des limites de vitesse indépassables ou est-ce juste le hasard ?

Yann Eliès : Je crois que c'est le hasard de la météo qui semble néanmoins se répéter depuis quelques semaines. On voit qu'à chaque fois que les premiers arrivent à faire le break, il y a toujours une situation météo moins favorable, qui les empêche de prendre la poudre d'escampette. Là, une fois de plus, ce scénario devrait se répéter puisqu'il y a quelques heures de l'arrivée, les premiers devraient tomber dans une zone avec un peu moins de vent et mettre du coup un petit peu plus de temps à rallier la ligne d'arrivée. Cela va (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi