Vergne rêve d'une fusion de la F1 avec la Formule E

Benjamin Vinel
motorsport.com

Si la Formule 1 s'efforce de réduire son impact carbone, notamment avec des unités de puissance hybrides qui réduisent la consommation de carburant d'environ 30% depuis 2014, quelle direction va emprunter le championnat pour continuer de rendre ses monoplaces de plus en plus efficientes ?

Il se trouve que la Formule E dispose d'un accord exclusif avec la FIA jusqu'en 2039 quant à l'organisation d'un championnat de monoplaces électriques, ce qui signifie que la Formule 1 ne peut venir jouer sur son terrain… à moins d'une alliance entre les deux compétitions. Motorsport.com demande donc à dans un entretien exclusif de la série #thinkingforward s'il est inévitable que la Formule 1 se tourne, à terme, vers l'électrique, et si cela pourrait engendrer une fusion avec la Formule E.

Jean-Eric Vergne, DS Techeetah

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce
Jean-Eric Vergne, DS Techeetah <span class="copyright">Sam Bagnall / Motorsport Images</span>
Jean-Eric Vergne, DS Techeetah Sam Bagnall / Motorsport Images

Sam Bagnall / Motorsport Images

Vergne est en tout cas enthousiasmé par l'envergure que prend la Formule E, où sont désormais engagés une dizaine de constructeurs dont Audi, Mercedes, Porsche, Jaguar, Nissan et BMW.

"Alejandro Agag a créé la Formule E avec le timing parfait", poursuit le pilote DS Techeetah, qui est présent dans le championnat tout électrique depuis le troisième E-Prix de l'Histoire, fin 2014. "Deux ans plus tôt, ça n'aurait pas marché. Il y a eu toutes ces choses comme le Dieselgate [scandale impliquant les émissions de CO2 des véhicules du groupe Volkswagen, dont font partie Audi et Porsche, ndlr] qui se sont produites au même moment, et tous les constructeurs avaient une énorme pression pour commencer à produire des véhicules électriques. Il n'y a qu'un championnat électrique, donc tous les constructeurs sont venus en Formule E."

"Le championnat a explosé et je n'aurais jamais pensé que son président soit là où il en est aujourd'hui, si on peut le dire ainsi. Cet ambassadeur se lance désormais dans quelque chose de nouveau, Extreme E, qui a une raison d'être encore plus significative que la Formule E, en allant courir dans des endroits isolés de la planète qui ont été affectés par le réchauffement climatique provoqué par l'Homme et en sensibilisant à notre action. Je trouve ça génial. C'est vers ça que se dirigent les sports mécaniques. C'est ce qui fonctionne, et c'est important. Nous ne faisons pas que faire la course. Nous avons une raison d'être qui va au-delà."

Propos recueillis par Jess McFadyen et James Allen

À lire aussi