Verstappen : "Nous sommes à 5 secondes des temps qu'on devrait faire"

Fabien Gaillard
·3 min de lecture

Pour son premier Grand Prix sur la piste d'Istanbul, a débuté de la meilleure des manières en signant le meilleur temps des deux premières séances d'essais libres. Mais le Néerlandais a surtout, comme l'ensemble du peloton, constaté à quel point la piste turque, resurfacée il y a quelques semaines, était piégeuse.

"Même en EL2, il y avait très peu d'adhérence", a-t-il expliqué au sortir du cockpit. "Donc oui, c'est un peu dommage. Mais je pense que globalement, pour moi, la journée a été assez positive, je crois que la voiture fonctionne plutôt bien. Donc j'en suis très heureux."

Lire aussi :

EL1 - Verstappen à 10 secondes du record sur la patinoire d'Istanbul EL2 - Verstappen et Leclerc devant les Mercedes

Quand il lui a été demandé si la piste s'était gommée au fil de la journée, Verstappen a répondu : "Eh bien, ça ne pouvait pas être pire, en gros, au début, en EL1. Mais en fin de compte, c'est la même chose pour tout le monde. Donc il faut s'y adapter."

Le pilote Red Bull souhaiterait en tout cas que la pluie ne vienne pas ajouter son grain de sel. "J'espère qu'il ne va pas pleuvoir, parce que ça serait vraiment piloter sur de la glace. Nous devrons peut-être passer à des clous ou quelque chose comme ça sur les pneus. Ce serait assez intéressant, mais on verra." Et un nettoyage de la piste comme celui qui a eu lieu avant les EL1 ? "Ouais, évitons de le refaire."

"Je pense que nous en parlerons de façon générale [lors du briefing des pilotes de ce vendredi soir], pourquoi le tarmac est aussi glissant. Je pense que nous sommes encore à environ cinq secondes ce que nous devrions faire. Mais comme je l'ai dit, c'est pareil pour tout le monde, et nous devrons faire avec."

Lire aussi :

Hamilton sur la piste glissante d'Istanbul : "C'est terrifiant"

Verstappen estime également que les pneus plus tendres n'ont pas fait une immense différence dans le ressenti global. "Non, pas vraiment. Je veux dire, nous allons un peu plus vite, évidemment, en passant du dur au tendre, mais [le problème] c'est juste l'adhérence sur le tarmac. Bien sûr, vous pouvez mettre des pneus encore plus tendres, mais ils vont alors grainer à mort. Donc ce n'est pas la solution."

Il se satisfait en tout cas du travail mené par son équipe et attend de voir ce qu'il en sera d'ici les qualifications : "Ouais, j'espère que ça va évoluer, évidemment. Demain, Mercedes va bien sûr tout assembler. Mais pour nous, cette journée a été très positive. Cela veut aussi dire que notre préparation avant d'arriver ici n'était pas trop mauvaise. Mais ensuite, nous avons aussi très bien réagi aux conditions, déjà aujourd'hui en EL1. Donc j'espère juste que nous pourrons être compétitifs en qualifications, et ensuite [il y aura] la course, on ne sait jamais ce qui peut arriver."