Verstappen explique l'erreur de Red Bull sur son aileron

Benjamin Vinel
·2 min de lecture

Le Grand Prix de Turquie était une première pour en 2020 : jamais il n'avait fini une course sans monter sur le podium cette saison. Compétitif sur l'Istanbul Park, dominateur en qualifications avec le meilleur temps en Q1 et en Q2 puis la deuxième place en Q3, Verstappen a peiné à concrétiser en course avec un départ complètement raté puis deux tête-à-queue.

Lire aussi :

Technique : l'erreur qui a plombé les progrès de Red Bull

Il se trouve que le pilote Red Bull a été handicapé par un changement d'angle sur les volets de son aileron avant lors d'un arrêt au stand, ceux-ci ayant été modifiés dans un sens du côté droit et dans l'autre sens du côté gauche. L'équilibre de la voiture s'en est trouvé négativement impacté, contribuant à la décevante sixième place signée par Verstappen sous le drapeau à damier.

"C'était un malentendu", explique le Néerlandais. "Avant la course, on nous a dit quoi faire, car ça allait dans l'autre sens sur cet aileron par rapport à tous les autres vu qu'il était nouveau. Et pendant la course, il y a quelque chose qui a mal tourné, expliquant cela, je pense."

En conséquence, Red Bull a modifié sa nouvelle spécification d'aileron pour que l'ajustement des volets se fasse de la même manière que sur les modèles précédents. "Ça ne se reproduira évidemment pas, car maintenant tous les ailerons fonctionnent pareil à nouveau et tournent dans le même sens. Mais [en Turquie] nous n'avions qu'un nouvel aileron avant, que je pensais meilleur ce week-end-là et que je voulais utiliser pour le reste du week-end. Mais il tournait dans l'autre sens. Je pense donc que quelque chose a mal tourné au moment de l'ajustement", conclut Verstappen.

Le nouvel aileron Red Bull comprend un design revu au niveau du plan principal et des volets, vers l'intérieur. Le plan principal, au lieu d'être divisé en deux segments minces, n'est composé que d'un segment bien plus profond. La cape sous le nez a également été modifiée.

Avec Jonathan Noble et Erwin Jaeggi